Salaires : un professeur des écoles pousse un coup de gueule

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Salaires : un professeur des écoles pousse un coup de gueule
FRANCE 3
Article rédigé par
S. Aramon, A. Chopin, Y. Moine - France 3
France Télévisions

Malgré un budget de l'Éducation nationale à la hausse en 2022 et une enveloppe de 700 millions d'euros prévue pour augmenter les salaires, les syndicats ont maintenu leur journée de manifestation.

Pas de classe pour Benjamin Bonnet. Jeudi 23 septembre, l'enseignant en CE2 a fait le choix de la grève. La question des salaires cristallise son mécontentement. "Blanquer avait annoncé une revalorisation historique des enseignants. Concrètement, pour la plupart des enseignants, ça se traduit par zéro euro (...). Moi qui ai neuf ans d'ancienneté, ça me ferait une prime brute de 40 euros", se désole le professeur des écoles.

Maigres revalorisations

Chaque matin, il rejoint l'école où il enseigne dans un quartier populaire au nord de Paris, là où se conjuguent de nombreuses difficultés sociales. Après neuf ans d'ancienneté, il perçoit un salaire de 1 950 euros nets, plus 100 euros de prime. La maigre revalorisation annoncée ne changera pas son quotidien. "Les conditions dans lesquelles on est traités et le mépris affiché par le ministère pour ses personnels, ça ne donne pas envie de se donner pour le métier", souffle Benjamin Bonnet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.