Rythmes scolaires : plus de 43% des communes sont revenues à la semaine de 4 jours

L'Association des maires de France va mener une nouvelle enquête pour connaître les motifs de leur choix d'un retour aux 4 jours ou d'un maintien à 4,5 jours.

Des élèves effectuent leur rentrée dans une école élémentaire de Paris, le 4 septembre 2017.
Des élèves effectuent leur rentrée dans une école élémentaire de Paris, le 4 septembre 2017. (MAXPPP)

Elles n'ont visiblement pas apprécié la réforme portée par les anciens ministres de l'Education nationale Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem. Plus de 43% des communes ont choisi de revenir à la semaine de quatre jours dans les écoles publiques, après la décision du gouvernement d'assouplir les rythmes scolaires, a indiqué lundi 18 septembre l'Association des maires de France (AMF).

La possibilité de revenir à la semaine de quatre jours "a répondu aux attentes d'un certain nombre de collectivités confrontées à des difficultés persistantes" dans la mise en œuvre de la réforme, souligne l'association dans un communiqué.

L'Ouest et le Sud-Ouest plus favorables aux 4,5 jours

L'AMF a par ailleurs réalisé une carte des 21 735 communes disposant d'au moins une école publique, qui permet de visualiser de fortes disparités régionales. On observe notamment une concentration de communes ayant opté pour la semaine de quatre jours dans le Nord, l'Est, le Sud-Est et les zones frontalières. Et à l'inverse, un faible taux de retour dans l'ouest et le sud-ouest.

L'AMF va par ailleurs mener une nouvelle enquête auprès des communes et intercommunalités pour connaître les motifs de leur choix d'un retour aux 4 jours ou d'un maintien à 4,5 jours et en mesurer les impacts en termes financiers et d'organisation. Les résultats devraient être dévoilés le 22 novembre, lors du Congrès des maires.