Revalorisation du salaire des enseignants : début de la concertation avec les syndicats, les conclusions attendues d'ici mars 2023

Le ministre a assisté lundi à un séminaire de formation des équipes académiques visant à accompagner les écoles et les établissements, dans le cadre du Conseil national de la refondation (CNR).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Education nationale Pap Ndiaye, à l'Elysée, à Paris (France), le 26 septembre 2022.  (EMMANUEL DUNAND / AFP)

La concertation sur la revalorisation du métier d'enseignant a démarré lundi 3 octobre au ministère de l'Education avec les organisations syndicales, et doit se conclure "entre la fin du mois de février et le début du mois de mars", selon Pap Ndiaye. "Ces échanges portent sur la rémunération des enseignants, à la fois la rémunération socle, celle qui vaudra pour l'ensemble des enseignements" et "la rémunération associée au pacte", a rappelé devant la presse le ministre de l'Education, à l'issue de la première réunion de concertation.

Pap Ndiaye a présenté aux syndicats "un calendrier qui reste à affiner". Mais "une série de réunion est prévue en octobre, en novembre, avec une interruption pour laisser le temps de la campagne de l'élection professionnelle et une reprise en janvier pour conclure fin février début mars, de manière à ce que la hausse des rémunérations soit effective à partir du 1er septembre 2023, comme nous nous y sommes engagés", a-t-il ajouté. 

Au moins 2 000 euros net pour tous les enseignants

Le gouvernement s'est engagé à ce qu'aucun enseignant ne gagne moins de 2 000 euros net par mois à la rentrée 2023. Lors de cette première réunion, le ministère a annoncé aux syndicats "que l'indemnité REP/REP+ serait étendue à l'ensemble des personnels qui interviennent en éducation prioritaire et non seulement aux AED (assistants d'éducation)", selon un communiqué de l'Unsa éducation. Des propos confirmés par le ministère.

La concertation "abordera l'ensemble des problématiques liées à l'attractivité du métier enseignant, mais aussi à l'amélioration de l'école à laquelle cette revalorisation doit contribuer", a par ailleurs souligné le ministère dans un communiqué. Les questions d'attractivité du métier d'enseignant sont en effet liées à des projets pédagogiques qui pourront être mis en place dans les écoles volontaires et pour lesquels le gouvernement s'est engagé à débloquer 500 millions d'euros d'ici 2027. "Des jurys seront constitués dans chaque rectorat pour évaluer les projets. A partir du printemps 2023, une première vague de projets seront financés pour une mise en place à l'automne 2023", a dit Pap Ndiaye.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.