Retour à l'université un jour par semaine : "Cela va dans le sens que nous demandions", salue la Conférence des présidents d'université

Emmanuel Macron a déclaré que les étudiants devaient pouvoir, s'ils le souhaitent, retourner suivre des cours à l'université un jour par semaine. Une décision saluée par Manuel Tunon de Lara, président de la Conférence des présidents d'université.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des étudiants à l'université de Cergy, le 11 octobre 2020. (ALEXIS MOREL / RADIO FRANCE)

Emmanuel Macron a déclaré jeudi 21 janvier que les étudiants devaient pouvoir, s'ils le souhaitent, retourner suivre des cours à l'université un jour par semaine, avec des protocoles sanitaires stricts face au Covid-19. "Cette annonce va dans le sens que nous demandions", a affirmé sur franceinfo Manuel Tunon de Lara, président de la Conférence des présidents d'université et président de l’université de Bordeaux.

>> Covid-19 : présentiel, repas à un euro... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les étudiants en difficulté face à la crise sanitaire

Il demande de "faire confiance aux établissements" pour organiser ce retour, car "les environnements des universités sont extrêmement divers". Mais, selon lui, "le sujet de fond est de pouvoir concilier un retour pour l'ensemble des étudiants avec des jauges compatibles avec les mesures sanitaires."
 
Le chef d'établissement tient à souligner que "les étudiants sont dans une souffrance indéniable". Si le retour des étudiants "ne se fait pas, même de manière progressive, pour beaucoup c'est le risque de perdre un deuxième semestre et donc l'année universitaire". En temps normal "un certain nombre d'étudiants décrochent, rappelle Manuel Tunon de Lara. Là, le premier semestre a été très dégradé."

"Il faut se rendre compte qu'il y a des étudiants qui sont depuis près d'un an derrière des écrans. Un deuxième semestre dans les mêmes conditions, cela peut mettre en péril l'année universitaire."

Manuel Tunon de Lara, président de la Conférence des présidents d'université

à franceinfo

En cas de reconfinement, "c'est un reconfinement pour tout le monde", tient à préciser le président de l’université de Bordeaux. "Les universités n'ont pas à avoir une exception. Mais les étudiants n'ont pas non plus à être moins bien traités que les jeunes dans les lycées, et les étudiants en classe préparatoire."

Pour Manuel Tunon de Lara, "tout le monde convient de l'impact du confinement pour les étudiants avec un impact directement sur leur mal-être, leur santé mentale". Il estime que "la présence à l'université, le contact avec les professeurs, le travail en groupe, le tutorat, les travaux dirigés, cette présence permet de maintenir accrochés ces étudiants qui sont en difficulté comme tout le monde". "Mais il faut faire attention à notre jeunesse", ajoute le président de la Conférence des présidents d'université.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.