Parcoursup : sans être totalement satisfaisante, la nouvelle plateforme devrait quand même faire mieux qu'APB

C'est la fin du suspense, vendredi, pour les 750 000 candidats au baccalauréat. Des résultats qui vont être déterminants pour les chiffres du système d'orientation Parcoursup, le successeur d'APB.

Les résultats du baccalauréat le 5 juillet 2017 (illustration).
Les résultats du baccalauréat le 5 juillet 2017 (illustration). (RICHARD BOUHET / AFP)

Les 750 000 candidats au bac vont connaitre, vendredi 6 juillet, le résultat de l'examen. Une partie des élèves pourra être repêchée, après les oraux de rattrapage, et les résultats définitifs sont attendus jeudi 12 juillet. Un verdict qui va peser sur les chiffres de l'orientation et du nouveau système Parcoursup

Au même stade qu'APB, il y a un an

Les résultats du bac sont déterminants pour évaluer le succès, ou non, de Parcoursup. Aujourd'hui, sur la plateforme, près de la moitié des élèves a validé définitivement une proposition de formation pour l'an prochain. En tout, plus de 80% des élèves ont reçu au moins une proposition. Un quart des élèves reste inscrit sur la plateforme car ces lycéens espèrent encore recevoir une meilleure proposition. Enfin, 14%, soit 110 000 élèves, sont toujours sur liste d'attente sur l'ensemble de leurs vœux. Sur ce point, à un an jour pour jour, Parcoursup fait quasiment jeu égal avec Admission Post-Bac (APB), le système de l'an dernier. Toutefois, les résultats du bac prévus vont changer la donne en créant un appel d'air.  

Une année test réussie pour Parcoursup ?

Si l'on tient compte des années précédentes, statistiquement, entre 10 et 12% des candidats vont être recalés au baccalauréat, soit entre 75 et 90 000 élèves. Comme le bac reste la condition obligatoire pour poursuivre des études, dans la majorité des cas, le nombre d'élèves concernés par un échec lors de cette épreuve vont disparaître automatiquement de Parcoursup.  

Ainsi, il ne devrait plus rester à l'issue du bac qu'entre 20 et 65 000 élèves sans aucune proposition pour la rentrée prochaine. C'est forcément insatisfaisant, mais ce chiffre sera néanmoins nettement inférieur à celui de l'année précédente : ils étaient 90 000 dans cette situation. De son côté, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a annoncé mardi 3 juillet, la création de 10 000 places supplémentaires, notamment dans les filières où cela coince encore. Au bout du compte, s'il n'est pas parfait, Parcoursup devrait quand même faire mieux qu'APB.