Nanterre : les examens annulés malgré leur délocalisation

Des opposants à la réforme de l'université ont empêché ce vendredi 11 mai des étudiants de Nanterre (Hauts-de-Seine) de passer leurs partiels, qui avaient pourtant été délocalisés à Arcueil (Val-de-Marne). Les forces de l'ordre ont dû intervenir, et les examens ont dû être annulés.

FRANCE 3

Des étudiants en colère face à des CRS qui répondent avec des gaz lacrymogènes : la tension est montée rapidement au centre d'examens délocalisé d'Arcueil (Val-de-Marne) ce vendredi 11 mai au matin. Les bloqueurs, une centaine d'étudiants frondeurs toujours mobilisés contre la loi Orientation et le plan Étudiants. Ils veulent empêcher la tenue des partiels sur plusieurs sites. Des militants soutenus par les postiers et le député de la France insoumise Éric Coquerel.

"On en a marre"

Après une heure de tensions, le président de l'université annonce l'annulation des examens pour ce vendredi 11 mai et demain, samedi 12 mai. Beaucoup d'étudiants sont inquiets. "Clairement, on n'y croit plus. Ce ne sont pas des conditions d'examens favorables. Franchement, on en a marre", déplore une étudiante. Dans un communiqué, l'université de Nanterre (Hauts-de-Seine) a assuré que tous les étudiants pourront passer leurs partiels dans les plus brefs délais.

Le JT
Les autres sujets du JT
\"Nanterre occupée\", inscription à l\'entrée de l\'université de Nanterre, le 16 avril 2018
"Nanterre occupée", inscription à l'entrée de l'université de Nanterre, le 16 avril 2018 (ETIENNE LAURENT / MAXPPP)