Les notes à l'école ne seront finalement pas supprimées

La ministre de l'Education ne suivra pas les recommandations du jury de la Conférence nationale sur l'évaluation des élèves, qui préconisait de supprimer les notes jusqu'en 6e - ce c'est qu'indique son entourage. Qui précise tout de même que l'objectif est bien d'aboutir à une évaluation "plus fine, plus exigeante" et qui "ne décourage pas" les élèves.

(La fin des notes à l'école, ce n'est pas pour tout de suite © Fotolia.com/ herreneck)

Et revoici la suppression des notes à l'école... à nouveau enterrée avant même d'avoir vu le jour. Pas question de supprimer les notes chiffrées jusqu'en 6e, comme le prônait en décembre ce jury de la Conférence nationale sur l'évaluation des élèves. Les recommandations doivent être formellement remises dans l'après-midi à la ministre de l'Education. Mais sans les attendre, son entourage fait déjà savoir que Najat Vallaud-Belkacem ne suivrait pas ces conclusions.

Et de faire valoir que la ministre et le président de la République ont toujours dit qu'"une suppression des notes chiffrées n'était pas à l'ordre du jour",  puisque l'objectif était bien d'aboutir à une évalutaion "plus fine, plus exigeante" mais "qui ne décourage pas" les élèves. Ce que son prédécesseur Benoît Hamon appelait déjà de ses voeux, la fin des notes-sanctions.

L'enjeu, selon les spécialistes, est de savoir comment  un enseignant se rend compte du bon apprentissage, ou pas, des élèves. Une évaluation dite "formative" notera les progrès, une évaluation sommative ou certificative sanctionnera l'apprentissage.

La suppression des notes jusqu'en 6e n'aura pas lieu : Hélène Rouche, porte-parole de la fédération des parents d'élèves (FCPE), espère que Najat Vallaud-Belkacem reviendra sur cette décision.
--'--
--'--