Cet article date de plus de huit ans.

Le collégien, un geek bien nourri mais qui manque de sommeil

Les jeunes de 11 à 15 ans sont de plus en plus connectés, mangent un peu mieux que leurs aînés mais dorment beaucoup moins. Voilà les principaux enseignements d'une enquête de l'Inserm rendue publique mardi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Claude Essertel Maxppp)

C'est ce que les scientifiques de l'Inserm appellent "une clé générationnelle" . A la traîne sur l'utilisation d'Internet et des portables par rapport à leurs camarades européens il y a encore six ans, les adolescents français ont plus que refait leur retard.

D'après une étude effectuée en 2010 et rendue publique mardi, 46% des garçons et 65% des filles en fin de collège communiquent tous les jours via les nouvelles technologies d'information et de communication.

Plus d'amis et plus de fruits et légumes

Les adolescents sont de plus en plus connectés... mais ne sont pas plus isolés pour autant. Au contraire, d'après les chercheurs, plus de 93% des jeunes de 11 à 15 ans ont au moins trois véritables amis et sont plus entourés physiquement que leurs aînés. Par contre, avoir un ordinateur ou un téléphone portable réduit le sommeil d'une demi-heure à trois quarts d'heure par nuit.

Et ce n'est pas parce qu'ils passent plus de temps devant des écrans que les collégiens mangent plus mal. Au contraire, d'après les réponses des 11.638 jeunes interrogés, la consommation de fruits et de légumes est en hausse (39% en 2010 contre 31% en 2001). Et les sucreries font un peu moins recette, en légère baisse de 4%.

Plus d'alcool et de tabac

Revers de la médaille, les 11-15 ans font toujours aussi peu de sport ou de marche à pied. Par ailleurs, 15% des élèves de 3ème disent avoir connu l'ivresse au cours du mois écoulé. Enfin c'est pendant le collège que la cigarette devient une habitude. L'usage du tabac passe de 8% en classe de 4ème à 16% pour les 3ème. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.