Hausse des salaires des enseignants : "L'effort est considérable, on ne l'a pas connu depuis 33 ans", salue Pap Ndiaye

"310 000 professeurs" sont concernés par une hausse "comprise entre 8 et 11%", a déclaré vendredi sur France Inter Pap Ndiaye, le ministre de l'Éducation nationale.
Article rédigé par France Info - avec France Inter
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Pap Ndiaye, ministre de l'Education était l'invité de France Inter, le 21 avril 2023. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

Au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron sur la revalorisation des salaires des enseignants, Pap Ndiaye, ministre de l'Éducation nationale, salue vendredi 21 avril sur France Inter un "effort considérable". "On ne l'a pas connu depuis 33 ans, depuis le début des années 1990", ajoute-t-il.

>> Rémunération des enseignants : trois questions sur le "pacte" et les primes annuelles en échange de missions supplémentaires

Le chef de l'État a confirmé jeudi que tous les professeurs bénéficieraient de 100 euros net par mois. S'ajoute à cela une revalorisation de la prime d'attractivité pour les 15 premières années de carrière. "310 000 professeurs" sont concernés par cette hausse "comprise entre 8 et 11%", affirme Pap Ndiaye. Le ministre indique par exemple qu'un "professeur à six ans de métier recevra en septembre une hausse de 11,3%". Il juge cette revalorisation "tout à fait considérable".

Nouvelles missions mises en place

Pap Ndiaye reconnaît qu'initialement le gouvernement n'avait "pas prévu d'augmenter les enseignants en seconde moitié de carrière" mais a décidé de le faire "après discussion avec les syndicats". Il admet que cette revalorisation "est moins grande". "Nous la compensons aussi par un passage facilité à la hors classe et à la classe exceptionnelle pour les professeurs en fin de carrière et ils peuvent ajouter à cela des missions nouvelles liées au pacte", ajoute Pap Ndiaye. Ce "pacte pour les enseignants" consiste pour les volontaires à accepter des missions supplémentaires contre une prime.

"Que cet effort à lui seul puisse compenser des décennies de glissement relatif des rémunérations des enseignants, c'est difficile, mais il faut y ajouter le pacte", lance le ministre de l'Éducation nationale. Il évoque ici le fait que les professeurs qui accepteront de nouvelles missions pourront bénéficier de jusqu'à 500 euros par mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.