Harcèlement scolaire : un moyen d'être "populaire"

À la veille de la Journée nationale contre le harcèlement scolaire, Emmanuelle Piquet, psychopraticienne, est l'invitée du Grand Soir 3 ce mercredi 8 novembre.

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Ce qui manque surtout en France, c'est l'approche résolutoire" du harcèlement scolaire, estime Emmanuelle Piquet, psychopraticienne, dans le Grand Soir 3 ce mercredi.

"Une fois que la prévention a échoué, ce qui est le cas pour 10% des élèves, que fait-on ? On ne travaille pas assez sur la résolution en France et en Europe", regrette-t-elle. "Je ne sais pas pourquoi. On est vraiment dans une philosophie de l'ordre de la sanction. L'institution punit les harceleurs et la victime est oubliée".

Apprendre à se faire respecter

"Les souffrances relationnelles peuvent arriver très tôt même au square ou à la crèche", note Emmanuelle Piquet.

"Dès cet âge-là, on peut aider les enfants à se renforcer, à se faire respecter. On les aide à trouver des stratégies verbales, voire comportementales, pour disqualifier la posture du harceleur, qui harcèle parce qu'il a trouvé un moyen d'asseoir sa popularité, d'être un meneur", explique l'auteur du livre Le harcèlement scolaire en 100 questions.

Le JT
Les autres sujets du JT
La troisième Journée de lutte contre le harcèlement à l\'école se déroule le 9 novembre 2017 en France. (Photo d\'illustration)
La troisième Journée de lutte contre le harcèlement à l'école se déroule le 9 novembre 2017 en France. (Photo d'illustration) (MAXPPP)