Harcèlement scolaire : "La prévention et la formation des élèves, c’est primordial", assure Anne-Liz Deba, une ancienne victime de harcèlement

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 11 min
Harcèlement scolaire : "La prévention et la formation des élèves, c’est primordial", assure Anne-Liz Deba, une ancienne victime de harcèlement -
Harcèlement scolaire : "La prévention et la formation des élèves, c’est primordial", assure Anne-Liz Deba, une ancienne victime de harcèlement Harcèlement scolaire : "La prévention et la formation des élèves, c’est primordial", assure Anne-Liz Deba, une ancienne victime de harcèlement - (France info)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
franceinfo
Mercredi 27 septembre, le gouvernement a dévoilé une série de mesures pour lutter contre le fléau du harcèlement scolaire. Présente sur le plateau du 19/20 info, Anne-Liz Deba, une ancienne victime de harcèlement et créatrice des ateliers SMILE, revient sur ces annonces.

Anne-Liz Deba, une ancienne victime de harcèlement, a créé l’atelier SMILE pour lutter contre ce fléau. Interrogée sur la multiplication des témoignages d’élèves harcelés, elle répond : "Ça fait des années que les enfants sont victimes de violences, d’agressions sexuelles, de harcèlement scolaire. […] Je pense que dans ce pays depuis quelques années, enfin, on écoute les enfants. Là, il y a vraiment des [mesures] qui sont prises." Celle qui a été harcelée de la 6e à la 4e assure qu’il y a "vraiment un réveil".

"La formation du personnel scolaire"

Concernant les annonces du gouvernement contre le harcèlement scolaire, Anne-Liz Deba indique : "La prévention et la formation des élèves, c’est primordial pour savoir comment repérer une situation de harcèlement scolaire, pour savoir comment agir. […] Pendant mes interventions, c’est ce que j’apprends aux élèves." La créatrice de l’atelier SMILE se réjouit également de "la formation du personnel scolaire" et "des magistrats et policiers". Enfin sur les cours d’empathie, Anne-Liz Deba juge que "c’est très important".  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.