Maths, français, allemand, arts plastiques : dans ces matières, il y aura une pénurie de professeurs à la rentrée

Les résultats des concours de recrutement d'enseignants viennent d'être publiés. Tous les postes offerts ne sont pas pourvus. L'Éducation nationale devra recourir à des contractuels.

Une classe de collège dans le 15e arrondissement de Paris (illustration).
Une classe de collège dans le 15e arrondissement de Paris (illustration). (LP/YANN FOREIX / MAXPPP)

C'est la preuve que le métier d'enseignant ne fait plus vraiment rêver : à la rentrée des classes en septembre, il manquera des professeurs par rapport au nombre de postes prévus, en raison d'un nombre insuffisant de candidats. Et tous les postulants n'avaient pas forcément le niveau requis par l'Éducation nationale.

Certaines matières sont plus exposées à cette pénurie de professeurs. C'est le cas du français, et en particulier des professeurs chargés de l'enseignement du latin et du grec : 100 postes n'ont pas été pourvus au Capes de lettres classiques. "En revanche, on a réussi cette année à faire le plein au Capes de lettres modernes, ce qui n'était pas le cas depuis plusieurs années", se réjouit Edouard Geffray, le directeur des ressources humaines du ministère de l'Éducation nationale.

Pour l'enseignement des maths, il y aura 100 postes non attribués, et pour l'allemand, 125 de moins. La matière ne semble pas attirer, puisqu'il n'y avait, en moyenne, que deux candidats pour un poste. Et beaucoup ne se sont pas présentés aux épreuves même s'ils étaient inscrits. Enfin, le déficit d'enseignants se fera également ressentir pour les arts plastiques : 16 postes vont rester vacants.

Un recours "massif" aux contractuels

Face à cette situation, l'Éducation nationale devrait avoir recours à des contractuels. Pourtant, la Cour des comptes l'a déjà épinglée sur ce sujet. Les contractuels représentaient 20% des effectifs pour l'année scolaire 2016-2017. Leur coût est élevé : 3,7 milliards d'euros. "Le recours aux contractuels a pris un caractère massif, sous l’effet de contraintes non maîtrisées et en l’absence de réformes structurelles, entraînant un chiffrage difficile et une gestion complexe et de plus en plus rigide", écrivaient les Sages dans un rapport au mois de mai.

Un motif de satisfaction pour l'Éducation nationale apparaît tout de même. Contrairement aux années précédentes, tous les postes ont été pourvus en anglais, mathématiques, espagnol, sciences et vie de la Terre, ainsi que physique-chimie. Il est aussi à noter que pour les écoles maternelles et élémentaires, toutes les académies ont fait le plein, sauf celles de Créteil (Val-de-Marne) et Versailles (Yvelines), qui cumulent un déficit de 700 postes. Mais elles en proposent 650 dans un concours supplémentaire. Les résultats seront connus dans quelques jours.

Il faut préciser que cette année, moins de postes d'enseignants étaient offerts aux concours, en raison de la baisse démographique des élèves en septembre prochain. Et moins de départs à la retraite chez les professeurs ont été enregistrés ces derniers mois.