Education nationale : neuf enseignants sur dix aiment leur profession, mais un tiers ne trouvent plus de sens à leurs missions

La grande majorité des professeurs s'estiment en désaccord avec les choix politiques menés par l'Education nationale, un désaccord qui s'accentue au fur et à mesure des années, si l'on en croit le baromètre 2023 du syndicat Unsa sur l'état d'esprit des enseignants.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un enseignant dans une salle de classe. (DAMIEN MEYER / AFP)

Neuf enseignants sur dix aiment leur profession, mais un tiers ne trouve plus de sens à leurs missions. C'est ce que révèle mercredi 31 mai le baromètre 2023 du syndicat Unsa sur l'état d'esprit des enseignants que franceinfo a pu consulter. Selon cette enquête, 92% des professeurs disent aimer leur métier.

>> Accompagnement, formation et "grand bain"... Les doutes et les attentes des candidats à un "job dating" de professeurs contractuels dans l'académie de Versailles

Les trois quarts (73%) sont même heureux d'exercer. Mais ils sont 34% à avoir perdu le sens des missions qui leur sont dévolues. Ce sont cinq points de moins que l'an dernier. Ils sont encore plus nombreux chez les inspecteurs de l'Éducation nationale. 51% des IEN ne trouvent plus de sens (plus 9 points en un an).

Ils manquent de reconnaissance

Ce désarroi touche 52% des médecins scolaires (plus 8 points). 44% des enseignants du secondaire (plus 4 points) et 32% des enseignants du primaire (plus 4 points), sont dans ce cas-là. Autre évolution marquante dans ce baromètre, c'est le sentiment de reconnaissance et de respect du métier. Sept professeurs sur dix (71%) affirment en manquer. En 2016, 52% avaient cette impression.

La grande majorité des professeurs (91%) se disent même en désaccord avec les choix politiques menés par l'Éducation nationale. Ce désaccord s'amplifie au fil des années. Ils étaient plus de six sur dix en 2016. Si les professeurs ne se retrouvent plus dans les choix du ministère, c'est aussi, selon l'enquête, que 90% des personnes interrogées estiment que les conditions de travail se sont dégradées dans l'année qui vient de s'écouler.

Peu conseilleraient leur métier à un jeune

Les enseignants pointent également trois domaines qu'ils voudraient voir améliorer en priorité : le pouvoir d'achat, pour les deux tiers des sondés (65%), la charge de travail (51%) et les perspectives de carrière (38%). A remarquer que pour les médecins scolaires, la charge de travail est prioritaire pour 80% d'entre eux. A noter encore que, selon l'Unsa, seulement 19% des enseignants sondés conseilleraient leur métier à un jeune. C'est deux fois moins qu'en 2016. Ils étaient près de 42% il y a sept ans.

Enfin, les professeurs ont été questionnés sur les enjeux du numérique dans leur métier. Près de la moitié (47%) se sent dépassée et pas assez formée. Pour 79%, la numérisation des tâches reste compliquée et six sur dix (59%) assurent que les outils numériques à disposition ne sont pas adaptés. Cette 11e édition du baromètre du syndicat Unsa sur l'état d'esprit des enseignants a été réalisée auprès de 34 585 personnes, dont 72% de femmes. 39% des répondants sont adhérents ou sympathisants Unsa. Un quart est adhérent ou sympathisant d'une autre organisation syndicale et un tiers (36%) ne fait partie d'aucun syndicat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.