Cet article date de plus de neuf ans.

Bien-être des enfants : la France classée 13e sur 29

D'après une étude de l'Unicef sur 29 pays riches, c'est dans les pays nordiques que le bien-être des enfants est le mieux assuré. La France se classe 13e en raison notamment d'un enseignement secondaire mal noté.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

"Notre pays dépense beaucoup " pour les enfants alors
que "les résultats sont encore très mitigés ". Voilà le constat de
l'Unicef France alors que l'organisation dévoile ce jeudi un rapport sur le
bien-être des enfants dans 29 pays riches
. Un classement qui prend en compte le
bien-être matériel, la santé et la sécurité, les comportements à risques, le
logement, l'environnement et l'éducation.

Principal point noir : l'éducation

Et c'est sur ce dernier point que la France pêche. Elle se
classe 13e de ce classement en raison d'un enseignement très
moyennement noté dans le secondaire. Si le pays occupe la meilleure place en
termes de scolarisation des 4 à 6 ans, il plonge au 19e rang dans le
secondaire. A l'âge de 15 ans, la réussite scolaire de la France est par
ailleurs en baisse constante depuis le début des années 2000.

Pour le reste, l'hexagone se classe 12e pour la
pauvreté relative avec 9,5% de jeunes vivant dans des ménages avec des revenus
inférieurs à 50% du revenu médian. La prévention de la natalité chez les adolescentes
est aussi un point positif tout comme le faible taux de consommation d'alcool.
Par contre, les jeunes Français font partie des plus grands consommateurs de cannabis.

La rigueur pénalise les enfants

Dans le haut du classement, on retrouve les Pays-Bas, la
Finlande, l'Islande, la Norvège et la Suède. De leurs côté, les Etats-Unis, la
Lituanie, la Lettonie et la Roumanie occupent les dernières places. Un
classement qui ne semble pas lié à la richesse des pays. La Slovénie est par
exemple bien classée alors que son PIB est largement inférieur à celui du
Canada.

Pour autant, la situation économique des pays n'est pas totalement étrangère au bien-être des enfants. "Beaucoup de gouvernements expliquent qu'ils doivent régler la question de la dette pour ne pas laisser cette charge aux générations futures ", explique Chris de Neubourg, qui dirige le centre de recherche politique et sociale de l'Unicef. "Mais si cette réduction des dépenses vise l'éducation ou les familles modestes, la facture est présentée aux enfants maintenant ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.