Cet article date de plus de neuf ans.

Echec des négociations sur les retraites complémentaires

La sixième séance de négociations sur le financement des caisses de retraites complémentaires, ouverte entre les syndicats et le patronat, s'est achevée sur un échec jeudi soir. Aucun compromis n'a encore été trouvé. Un nouveau rendez-vous a été fixé au 13 mars prochain.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Les longues heures de négociations ont finalement abouti à un constat d'échec jeudi soir. Les partenaires sociaux n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur le financement des caisses de retraites complémentaires, en grandes difficultés financières. C'était pourtant la sixième séance de négociations commencées en novembre dernier, mais les positions des syndicats de salariés d'un côté, et du patronat de l'autre, semblent pour l'instant irrémédiablement opposées.

A l'issue de ces négociations, Philippe Pihet, du syndicat Force ouvrière, a pointé du doigt les propositions "inacceptables" du patronat, parlant d'"un recul pour les retraités" . Les syndicats se montrent pessimistes.

Un calendrier qui s'accélère

Avec cet échec, le calendrier s'accélère quelque peu. Si aucun accord n'est trouvé avant la fin du mois de mars, c'est un ancien accord, de mars 201, qui s'appliquera automatiquement. Conséquence, automatique elle aussi : le creusement du déficit des retraites complémentaires.

L'Agirc et l'Arrco, les retraites complémentaires de près de onze millions de salariés et cadres du secteur privé, possèdent déjà un défici tabyssal, et leur besoin de financement pourait atteindre six à dix milliards d'euros à l'horizon 2017.

Un nouveau rendez-vous a été fixé au 13 mars prochain, dans une semaine. 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.