La Cité des sciences définitivement condamnée pour discrimination sexuelle à l'égard d'une ancienne salariée

En fin de carrière, son salaire était inférieur d'un tiers à l'un de ses collègues masculins au parcours identique. Une fois en retraite, elle a porté plainte contre l'établissement public Universcience pour "discrimination et inégalité de traitement". Elle a eu gain de cause, révèle France Inter.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Cité des sciences et de l'industrie à Paris (illustration). (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

La cour d'appel de Paris a condamné l'établissement public Universcience, qui regroupe la Cité des sciences et le Palais de la découverte, pour discrimination sexuelle, révèle mardi 29 novembre France Inter. La structure doit verser 233 000 euros à une ex-salariée. Prononcée en septembre, cette condamnation est définitive depuis le mois de novembre, faute de pourvoi en cassation.

L'employée qui a poursuivi en justice son ancien employeur, a été recrutée par la Cité des sciences en 1983 en contrat à durée déterminée (CDD). Elle a signé un CDI en 1986 et a construit toute sa carrière au sein d'Universcience, avant de prendre sa retraite en 2015.

Trois ans pour obtenir justice

Au lendemain de son annonce de partir en retraite, la salariée a saisi les prud'hommes. Elle a reproché à son entreprise "une situation de discrimination et une inégalité de traitement". Car même si cette scientifique et journaliste s'est vu confier de nombreuses responsabilités, sa direction a refusé à quatre reprises de la nommer "cheffe de département", même si elle en occupait la fonction de manière officieuse, selon elle. Aussi, son salaire, en fin de carrière, était inférieur d'un tiers à l'un de ses collègues masculins, alors que leurs parcours étaient identiques.

Déboutée en première instance par les prud'hommes en 2018, elle a donc attendu septembre 2022 et la décision de la cour d'appel pour obtenir finalement réparation : 233 000 euros de dommages et intérêts pour le préjudice économique. La cour d'appel a souligné, dans sa décision, une discrimination répandue.

Un état des lieux qui est contesté par la Direction des ressources humaines d'Universcience, contactée par France Inter. La structure publique déplore une "situation individuelle regrettable". Elsa Ciray, directrice des ressources humaines d'Universcience, rappelle que l'établissement a obtenu, en 2017, le label "égalité femmes-hommes" certifié par l'Afnor, ainsi qu'une note de 99/100 en 2021 à l'index de l'égalité professionnelle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egalité femmes-hommes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.