Kathrine Switzer, pionnière du marathon féminin

Après avoir prouvé que les femmes étaient capables de courir 42,195 kilomètres, Kathrine Switzer a défendu farouchement le droit des femmes à courir.

Voir la vidéo

Ils ont voulu l’empêcher de courir, elle est devenue une icône. Kathrine Switzer, fille de soldat américain, est née en Allemagne en 1947. Étudiante en journalisme à l’université de Syracuse, c’est la seule fille de son équipe de cross country car aucune équipe féminine n’existe. Quand elle découvre en 1966 que Roberta Gibb a réussi à courir en catimini le marathon de Boston, sans avoir pu s'inscrire, elle décide de participer à l’édition de l’année suivante. À l’époque, le règlement n'interdisait pas explicitement aux femmes de participer mais selon la pensée répandue, les femmes n'auraient pas assez d'endurance pour courir. La jeune femme, qui n’a alors que 20 ans, réussit à s’inscrire en donnant uniquement ses initiales.  

Au départ de la course, sa présence ne semble déranger personne. Mais au sixième kilomètre, les organisateurs de l’évènement l'aperçoivent et tentent de lui arracher son dossard. Ils lui criaient "Oh ! C’est une femme" racontera Kathrine Switzer. Grâce à son petit-ami, athlète lanceur de marteau, qui intervient pour la protéger, elle peut continuer et terminer la course. En franchissant la ligne d'arrivée, elle devient la première femme à avoir couru officiellement le marathon de Boston.

L’étudiante en journalisme devient activiste féministe

Après le marathon, elle est disqualifiée par la direction de la course puis suspendue de la Fédération américaine d’athlétisme, qui interdit explicitement aux femmes de participer à toute compétition avec des coureurs masculins. Une suspension qui ne l’empêche pas de militer ensuite pour que les femmes aient le droit de courir le marathon et pour qu'un marathon féminin figure au programme des Jeux olympiques. Un combat qui porte ses fruits puisqu’en 1972, elle court avec huit autres femmes le marathon de Boston, désormais ouvert aux femmes. Et en 1984 a lieu le premier marathon féminin aux Jeux olympiques, à Los Angeles.

Par la suite, Kathrine Switzer quitte les terrains de courses pendant plusieurs années et devient journaliste et auteure. Hyperactive dans les médias, elle a décrit toutes les éditions télévisées du marathon de Boston et a gagné, en 1997, son premier Emmy Award de commentatrice sportive. En 2017, âgée de 70 ans, elle a rechaussé ses chaussures de course pour courir le marathon de New York. 

Kathrine Switzer, pionnière du marathon féminin
Kathrine Switzer, pionnière du marathon féminin (BRUT)