Des femmes journalistes déplorent leur absence au sein de la direction du "Parisien"

Un groupe de 77 journalistes protestent contre la composition exclusivement masculine de la rédaction en chef du journal. Elles ont reçu le soutien de confrères de "L'Obs".

Les nouveaux locaux parisiens du journal \"Le Parisien\", le 17 septembre 2017, à Paris.
Les nouveaux locaux parisiens du journal "Le Parisien", le 17 septembre 2017, à Paris. (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)

La grogne prend forme chez les femmes journalistes du journal Le Parisien. Plusieurs dizaines d'entre elles du quotidien ont protesté la semaine dernière contre la composition exclusivement masculine de la rédaction en chef du journal. Elles ont ainsi adressé leurs candidatures en bloc à leur direction des ressources humaines.

Avant la nomination d'un nouveau rédacteur en chef, "un groupe de 77 journalistes femmes de notre rédaction s'est constitué, en deux jours seulement, pour protester contre l'absence de femmes au sein de la direction de la rédaction", a expliqué dans un communiqué la Société des journalistes du Parisien, jeudi 11 janvier.

La directrice générale du Parisien est une femme, Sophie Gourmelen, mais la direction des rédactions est assurée par des hommes depuis le départ de Béatrice Madeline en 2014. Ces journalistes ont adressé le même message à leur direction des ressources humaines, dans lequel elles déplorent que les femmes soient "aujourd'hui absentes, à ce niveau de la hiérarchie de notre journal dont la charge est de donner le cap aux équipes, à travers ses choix éditoriaux".

Comment faire vivre un débat salutaire au cœur même d'une rédaction sans pluralité des profils à sa tête ?Les 77 journalistes femmes du "Parisien"

"Tout à gagner et rien à perdre"

Les femmes à l'origine de cette candidature commune ont été rejointes par des confrères du journal. "La rédaction du Parisien a tout à gagner et rien à perdre à jouer la 'parité' car notre journal en ressortira plus fort, plus uni, plus divers", expliquent ces journalistes dans un texte diffusé sur les réseaux sociaux.

L'initiative a également été saluée par 62 femmes de l'hebdomadaire L'Obs qui en ont profité pour dénoncer à leur tour l'inégalité entre les hommes et les femmes au sein de leur rédaction : "Nous déplorons collectivement ces inégalités et apportons tout notre soutien, en association avec de nombreux hommes de la rédaction qui ont manifesté leur solidarité, à nos consœurs du Parisien."