Trafic de drogue : un téléphone retrouvé sur un trottoir permet de démanteler un réseau

Douze personnes ont été arrêtées dans le Haut-Rhin et en Île-de-France lundi dans le cadre du démantèlement d'un trafic de drogue. Dix d'entre elles ont été mis en examen, dont six placées en détention provisoire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La saisie effectuée lors d'une opération de gendarmerie visant à démanteler un trafic de drogue, le 15 novembre 2021. (GENDARMERIE NATIONALE)

Quand un téléphone perdu permet de démanteler un réseau de drogue. Lundi 15 novembre, douze personnes ont été arrêtées dans le Haut-Rhin et en Île-de-France dans le cadre du démantèlement d'un "trafic de stupéfiants d'envergure", a indiqué vendredi 19 novembre la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy dans un communiqué. L'enquête a été ouverte à l'été 2020 après "la découverte d'un téléphone portable par un passant sur la voie publique, où ont été découverts des images et vidéos en lien avec ce trafic".

Cette enquête "a permis d'identifier une structure criminelle d'ampleur dirigée par un malfaiteur particulièrement aguerri", se félicite la Jirs de Nancy. Ainsi, parmi les douze interpellés, dix ont été mis en examen, dont huit sont placés en détention provisoire. Les deux autres sont sous contrôle judiciaire.

Une saisie estimée à près d'1,17 million d'euros

L'homme à la tête de ce trafic était "considéré comme une 'cible d'intérêt prioritaire' impliquée dans le narco-trafic depuis une quinzaine d'années sans pour autant avoir jamais été décelé", explique la Juridiction interrégionale spécialisée. Il organisait le trafic en compartimentant son organisation et en utilisant les messageries cryptées. Presque tous les mois, il importait dans la région de Mulhouse des paquets "de cocaïne, de résine et d'herbe de cannabis en provenance d'Espagne, de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg". Ces importations servaient ensuite "à alimenter des sous-réseaux locaux", précise la Jirs de Nancy.

Une équipe de 160 militaires de la gendarmerie nationale ont été mobilisés sur cette opération judiciaire. Lors des perquisitions, ils ont saisi une très importante quantité de drogue : un peu plus de 6 kilos de cocaïne, près de 23 tonnes de résine de cannabis, quasiment 5 kilos d'herbe de cannabis et plus d'un kilos de produits de coupe. Le prix d'achat "en gros" de ces produits est estimé par la Jirs à près de 300 000 euros et la valeur à la revente à près 1,17 million d'euros.

Les enquêteurs ont également trouvé cinq armes à feu, dont deux pistolets automatiques et deux revolvers avec leurs munitions, et six véhicules estimés à 236 000 euros. Il y avait également du matériel hi-fi, des montres, des bijoux, des chaussures... Par ailleurs, 340 000 euros ont été saisis lors de ces perquisitions, "auxquels s'ajoutent 67 000 euros sur les comptes bancaires".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Drogue

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.