Plus d'1,3 million d'euros, en or et en espèces, saisis dans un vaste trafic de stupéfiants et de blanchiment d'argent entre la France et le Maroc

Au total, 14 personnes ont été interpellées.

Article rédigé par
Avec France Bleu Pays d'Auvergne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Plus d'un million d'euros issus de la drogue et du blanchiment d'argent ont été saisis. (COPIE D'ECRAN FACEBOOK)

Après deux ans d'enquête, plus d'1,3 million d'euros, en or et en espèces, ont été saisis dans le cadre d'un vaste trafic de stupéfiants et de blanchiment d'argent entre la France et le Maroc, indique France Bleu Pays d'Auvergne mardi 25 novembre. Quatorze personnes ont été interpellées et mises en examen dans cette affaire.

Une première enquête judiciaire avait été ouverte fin 2018, pour trafic international de stupéfiants, menée par les sections de recherche de Clermont-Ferrand et de Grenoble, sous l'égide de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Lyon. 673 kilos de résine de cannabis, 90 kilos d'herbe et 200 000 euros en espèces avaient ainsi été saisis. Dans le cadre de cette enquête, sept interpellations ont eu lieu. Six personnes ont été écrouées et la septième a été placé sous contrôle judiciaire. Elles sont soupçonnées de participer à l'importation de drogues pour approvisionner des grandes villes en France, depuis la région clermontoise.

Un réseau de blanchiment d'argent

La deuxième procédure concerne le blanchiment d'argent. En novembre 2019, les gendarmes de Clermont-Ferrand, de Grenoble, du groupement de gendarmerie du Puy-de-Dôme ainsi que le groupe interministériel de recherche 63, se sont constitués en cellule pour tenter d'identifier les membres de ce réseau de blanchiment. Plusieurs opérations, notamment en région parisienne, se sont déroulées depuis un an, dont la dernière date du 20 novembre 2020. Sept personnes ont été placées garde à vue, accusées d'être à l'origine de ce réseau de blanchiment. Elles ont été mises en examen. Cinq ont été écrouées et deux autres placées sous contrôle judiciaire. Ce réseau international est "intégralement démantelé", affirme la section de recherches de Clermont-Ferrand.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.