Plan antidrogue : des moyens suffisants ?

À Marseille (Bouches-du-Rhône), dans les quartiers nord, une dizaine de blessés ont été constatés le week-end du samedi14 et dimanche 15 septembre. Le trafic de drogue serait à l’origine de ces affrontements. 

FRANCE 2

Le week-end du samedi14 et dimanche 15 septembre, une dizaine de blessés ont été déplorés à Marseille (Bouches-du-Rhône) : ces règlements de compte s’inscriraient dans le cadre des trafics de drogue qui minent la ville méridionale. Sur place, les habitants semblent résignés, même si certains tentent de résister, comme Céline Burgos, une mère de famille qui a éloigné son fils du trafic : "J’ai subi des représailles comme des poubelles enflammées dans ma cuisine, ou un tir de balle à air pressurisé dans le genou. Mais je n’abandonnerai pas. Soit je sauve mon fils… C’est tout ou rien”.  

Une volonté politique affichée

Face à cette situation difficile, qui touche de nombreux quartiers en France, le gouvernement affiche sa volonté de réduire les trafics de drogue. “Nous devons mutualiser nos forces, nous voulons frapper fort, frapper ensemble et envoyer un message clair aux trafiquants : ‘La France ne sera pas votre terrain de jeu’”, a précisé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, dans le cadre de la présentation de l’Office anti-stupéfiants (Ofast). Pour rappel, le marché de la drogue pèse 3,5 milliards d’euros par an et 20 000 personnes en vivent en France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Intérieur Christophe Castaner, à Matignon, à Paris, le 3 septembre 2019.
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, à Matignon, à Paris, le 3 septembre 2019. (ERIC FEFERBERG / AFP)