Philippines : un mineur victime de la guerre brutale anti-drogue du président Rodrigo Duterte

Après la mort d’un jeune homme tué par la police, des manifestants s’élèvent contre la guerre brutale anti-drogue du président Rodrigo Duterte. 

Voir la vidéo
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Depuis son élection en mai 2016, le président des Philippines a lancé une guerre sanglante contre la drogue qui a fait : 3 500 morts selon la police, 7 000 morts selon l'ONU,et 10 000 morts selon certaines ONG. 

Plus d’une trentaine de victimes étaient mineures dont Kian Delos Santos, 17 ans.

La police affirme avoir agi en état de légitime défense, mais des images de vidéosurveillance et des témoins remettent en cause cette version des faits. 

On y voit deux policiers traîner le jeune homme non armé avant qu'il ne soit tué.  

Si Rodrigo Duterte reste populaire, la mort de Kian Delos Santos a déclenché l'indignation de la population. 

"C'est intenable"

Et l’opposition s’organise. Des religieux, activistes des droits de l’homme, personnalités politiques, artistes et familles de victimes ont lancé le 28 août le "mouvement contre la tyrannie". 

"Ce qu’il se passe dans notre pays n’est plus acceptable", s’insurge Bonifacio Ilagan, dramaturge torturé dans les années 1970 sous la dictature. "C’est intenable. Les meurtres devraient s'arrêter et tout le pays devrait enfin prendre position contre la tyrannie du régime actuel ".

La guerre contre la drogue aux Philippines 
La guerre contre la drogue aux Philippines  (Brut.)