L'Agence du médicament limite les prescriptions de Tramadol, opioïde le plus consommé de France

Cet antidouleur, qui entraîne un fort risque de dépendance, ne pourra plus être prescrit que pour trois mois, contre un an jusqu'à maintenant. 

Une boîte de Tramadol, un opioïde prescrit comme antidouleur.
Une boîte de Tramadol, un opioïde prescrit comme antidouleur. (VOISIN / PHANIE / AFP)

Le Tramadol ne pourra bientôt plus être prescrit que pour une durée maximum de trois mois au lieu d'un an auparavant, a décidé l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), mercredi 15 janvier. L'autorité sanitaire souhaite limiter les risques de mauvais usage de cet opioïde, qui était le plus consommé en France en 2017. Cette mesure entrera en vigueur le 15 avril, précise l'ANSM. 

Au-delà de trois mois, la poursuite du traitement par Tramadol (voie orale), seul ou associé à d'autres molécules (paracétamol dans l'Ixprim, par exemple), nécessitera une nouvelle ordonnance. "Pour renouveler l'ordonnance, le patient devra revenir chez le médecin, cela permettra de réévaluer la douleur, s'il n'en prend pas trop et s'il risque de devenir dépendant", explique Nathalie Richard, directrice adjointe des médicaments antalgiques et des stupéfiants. 

Une catastrophe sanitaire aux Etats-Unis

Contrairement aux autres antidouleurs (paracétamol, aspirine…), les opioïdes, qui regroupent les médicaments présentant les mêmes propriétés que l'opium, peuvent entraîner une forte dépendance. Ils exposent aussi à un risque de surdosage et de dépression respiratoire pouvant conduire au décès. Des problèmes en hausse en France ces dernières années.

L'ANSM est vigilante sur l'usage de ce produit, même si, en France, la situation est sans commune mesure avec la catastrophe sanitaire que connaissent les Etats-Unis. Outre-Atlantique, les opioïdes obtenus sur ordonnance ont causé 17 087 décès en 2016.