INFO FRANCEINFO. Un important trafic de drogue démantelé en Ile-de-France, un suspect utilisait un gilet jaune pour transporter la marchandise

Les enquêteurs ont découvert 1,5 tonne de résine de cannabis dans trois entrepôts de la banlieue parisienne, pour une valeur estimée à 4,5 millions d'euros. De l'argent liquide, des armes et des véhicules ont également été saisis.

La marchandise était revendue à Lyon et dans l’ouest de la France.
La marchandise était revendue à Lyon et dans l’ouest de la France. (GOOGLE MAPS)

C’est le fruit de six mois d’enquête de l’Office central de lutte contre la criminalité organisée, appuyée par la brigade de recherche et d'intervention. Un trafic international de stupéfiants a été démantelé en début de semaine en Ile-de-France, a appris franceinfo de source proche de l'enquête jeudi 21 février.

Au total, 1,5 tonne de résine de cannabis a été saisie dans trois entrepôts de la banlieue parisienne, en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne, pour une valeur estimée à 4,5 millions d'euros. Les enquêteurs ont aussi mis la main sur 200 000 euros, trois pistolets automatiques et des véhicules de grosse cylindrée. Quatre hommes et une femme âgés entre 25 et 35 ans doivent être présentés à un juge d’instruction jeudi à Paris. 

Un gilet jaune pour passer inaperçu

Téléphones occultes, fausses plaques d’immatriculation, le principal suspect prenait toutes les précautions. Il allait même jusqu’à poser un gilet jaune sur le tableau de bord des voitures qui servaient au trafic pour ne pas éveiller les soupçons. La police l’a finalement interpellé dans la nuit de dimanche à lundi dernier en flagrant délit, lors d’une transaction à Tremblay-en-France (Seine Saint-Denis). Son véhicule transportait 500 kg de cannabis. Trois complices présumés et sa compagne ont également été arrêtés dans la foulée.

Selon nos informations, les policiers pensaient d’abord enquêter sur un trafiquant d’armes, mais ils se sont rendus compte assez vite que le trentenaire qu’ils surveillaient importait aussi des stupéfiants. Ce dernier se procurait la résine de cannabis à Malaga, dans le sud de l’Espagne, et l’acheminait en voiture jusqu’en région parisienne. La marchandise était alors revendue à Lyon et dans l’ouest de la France. La surveillance des policiers a permis d'établir que le suspect principal, déjà connu pour plusieurs vols à main armée, avait effectué une quinzaine d'allers-retours à Malaga.