Bouches-du-Rhône : un jeune homme de 15 ans tué par balles à Arles

Le jeune homme tué est une victime collatérale, selon les premiers éléments de l'enquête qui s'oriente vers un règlement de comptes sur fond de trafic de stupéfiants. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Arles, quartier Griffeuille. (GOOGLE MAPS)

Un jeune homme de 15 ans a été tué par balles à Arles (Bouches-du-Rhône), aux alentours de 22h dimanche, sur la voie publique, dans le quartier Griffeuille, a appris franceinfo de source policière. L'adolescent est décédé à l'hôpital. 

Dimanche soir, trois personnes sont arrivées en voiture dans le quartier sensible de Griffeuille à Arles, dont une munie d'un fusil d'assaut de type Kalachnikov, selon une source proche du dossier. Cette dernière a ouvert le feu en direction d'un point de deal, situé au pied d'un immeuble. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'adolescent de 15 ans, qui n'a pas d'antécédent judiciaire, se trouvait sur les lieux au moment des tirs, mais sans participer à un trafic de stupéfiants. Selon une source proche du dossier, le jeune homme est une victime collatérale de tensions et rivalités qui durent depuis plusieurs mois entre bandes rivales issues de quartiers d'Arles et de Marseille.

La voiture des tireurs retrouvée incendiée

Cette même source précise à franceinfo que ce sont des "équipes" marseillaises qui tiennent les points de deal arlésiens. Des projectiles ont également atteint dimanche soir les façades des appartements du premier étage du bâtiment, sans faire de blessés. La voiture depuis laquelle les coups de feu ont été tirés, une Peugeot 3008, a été retrouvée incendiée à Saint-Martin-de-Crau, à une vingtaine de kilomètres d'Arles.

La police judiciaire de Marseille a été saisie. L'enquête s'oriente pour l'instant vers un règlement de comptes sur fond de trafic de stupéfiants. La police était déjà intervenue dans le quartier le week-end précédent pour des coups de feu, sur fond de trafic. Depuis le début de l'année, 16 personnes sont mortes par balles dans les Bouches-du-Rhône. Si la majeure partie du trafic se concentre à Marseille, deuxième ville de France, d'autres villes du département sont également touchées, comme Arles (53 000 habitants).

Trois jours de deuil municipal

"C'est toute une ville qui est choquée, en colère et endeuillée", a réagi lundi après-midi le maire d'Arles, Patrick de Carolis (DVC). "Ces règlements de comptes, ces fusillades, ne sont plus réservées aux grandes villes. Ils touchent à présent nos quartiers, et pourrissent le quotidien des habitants", a ajouté le maire dans un communiqué. Il a décrété trois jours de deuil municipal et la mise en berne des drapeaux en hommage à Marwane, le jeune tué.

M. de Carolis a également exprimé sa "colère", assurant avoir alerté les services de l'Etat depuis plusieurs semaines sur "la montée des violences".

Des CRS déployés pour sécuriser le quartier

La préfecture de police de Marseille annonce ce lundi le déploiement d'une compagnie de CRS et de "renforts départementaux" pour sécuriser le quartier de Griffeuille. La préfecture indique que ces renforts resteront tous les jours, jusqu'à nouvel ordre.

De nouvelles opérations de lutte contre les trafics de stupéfiants seront menées, affirme la préfecture de police, comme le démantèlement de points de deal, la recherche de stupéfiants et d'armes, et la présence de chiens spécialisés. Un dispositif d’accompagnement psychologique a été déclenché par les services de la préfecture pour les habitants du quartier de Griffeuille.

Selon la préfecture de police de Marseille, les interpellations pour trafic de stupéfiants ont plus que doublé depuis le début de l'année : il y a eu 33 arrestations depuis janvier 2022, contre 14 sur la même période en 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Drogue

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.