Cet article date de plus de six ans.

Dans le ciel de Paris, la pose des bulbes de la future cathédrale orthodoxe

Le premier des cinq bulbes de la cathédrale de la Sainte-Trinité, sur les berges de la Seine, a été hissé sur son toit ce samedi matin par une grue. Une opération spectaculaire en présence d'officiels français et russes. L'inauguration devrait avoir lieu en octobre dans un contexte de controverse architecturale mais aussi politique.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
  (La pose ce samedi matin d'un des  cinq bulbes de la future cathédrale orthodoxe de Paris © Thibault Camus/AP/SIPA)

L'opération était spectaculaire et le site bien choisi à l'ancien emplacement de Météo France, sur les quais de Seine, un périmètre classé par l’Unesco. C'est sûr, cette cathédrale de la Sainte-Trinité deviendra une curiosité locale. Mais si l'ambassadeur russe en France, Alexandre Orlof, la cathédrale de la Sainte-Trinité y voit un signal politique fort de la constance d'une amitié franco-russe, d'autres doutent. Et parlent d'un signe de la nouvelle puissance russe. "Ce n'est pas la peine de cacher les problèmes derrière une coupole dorée " assure Cécile Vaissié, enseignante en russe à l'université de Rennes.

Reste à savoir si Vladimir Poutine joindra l'acte à la parole en venant en personne pour l'inauguration aux côtés du président français.

La future cathédrale orthodoxe de Paris : un signe de rapprochement entre Paris et Moscou? - reportage Rebecca Gil
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.