Des élus d'outre-mer signent "l'appel de Fort-de-France" pour demander à l'Etat de changer sa politique d'aide

Dans une lettre ouverte, les présidents des régions Guadeloupe, La Réunion, Mayotte, Martinique, Saint-Martin et Guyane réclament une rencontre avec Emmanuel Macron. Plusieurs crises sociales ont récemment émaillé les Antilles françaises.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants installent un barrage à Sainte-Rose (Guadeloupe), le 30 novembre 2021. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Les élus d'outre-mer écrivent à Emmanuel Macron. Dans une lettre ouverte publiée mardi 17 mai, les présidents des régions Guadeloupe, La Réunion, Mayotte, Martinique, Saint-Martin et Guyane dénoncent "une situation de mal-développement structurel" et les inégalités "de plus en plus criantes" dont souffrent les populations de ces territoires.

Dans ce courrier, envoyé à l'occasion de l'ouverture de la conférence des régions ultrapériphériques européennes, les élus lancent un appel solennel à l'Etat pour qu'il change ses politiques d'aide au développement de leurs territoires frappés par la pauvreté. Son nom : "L'appel de Fort-de-France" puisque c'est depuis le chef-lieu de la Martinique qu'il a été imaginé. 

Tous réclament une rencontre avec le président de la République afin de changer la situation en matière de vie chère, d'accès aux soins, à l'éducation, à l'emploi ou au logement. Selon l'Insee, 27,4% de la population de la Martinique vit par exemple sous le seuil de pauvreté, un taux deux fois plus haut qu'en France métropolitaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise aux Antilles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.