Cet article date de plus de six ans.

Cabines de bronzage : l’Académie de médecine demande l’interdiction

Le collège de scientifiques n’était jamais allé aussi loin, en demandant mercredi à la France d’interdire les cabines de bronzage, en raison des risques de cancers de la peau.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'Académie de médecine demande l'interdiction des cabines de bronzage © MaxPPP)

L’interdiction totale des cabines de bronzage a été préconisée par l’Académie de médecine. Un véto pur et dur déjà appliqué au Brésil et en Australie. Selon les experts de ce collège de scientifiques, les risques de cancers de la peau sont trop importants et le pire est à venir…

Une interdiction sans sursis

L’Académie de médecine est formelle, le bronzage sous les rampes du soleil artificiel ne présente que des dangers et aucun bénéfice. On ne prépare même pas sa peau à une exposition future au soleil. Les ultra-violets (UV) artificiels, les UV.A, en sont incapables. Et les séances de bronzage aggravent les risques de cancers, les médecins en sont convaincus. L’Institut de veille sanitaire (InVS) prédit jusqu’à 2.000 décès en France dans les 30 prochaines années.

Selon le professeur Jacques Bazex, il faut tout arrêter et tout de suite. Membre de l’Académie de médecine, cet expert parle de danger pour la santé, mais aussi de réglementation inadaptée. 

"La réglementation est faussement rassurante. Elle prétend que si on s’expose sous le contrôle de personnes qui ont passé une demi-journée à étudier la dermatologie dans son ensemble, on est couvert vis-à-vis des complications qui pourraient survenir. C’est une aberration."

Le professeur Jacques Bazex critique aussi ce qu’il appelle "la course au gain " dans un commerce "très lucratif ".

Les dangers des cabines de bronzage : le reportage de Sophie Auvigne
écouter

Les participants à cette course sont de plus en plus nombreux. On compte en France quelque 40 000 cabines de bronzage. A l’issue de la décision de l’Académie de médecine, aucun professionnel contacté n’a souhaité s’exprimer, pas même le syndicat national des professionnels du bronzage en cabine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.