Bouches-du-Rhône : 24 heures sous tension avec les pompiers d'Aubagne

Les équipes de France 3 ont passé 24 heures avec les pompiers d'Aubagne (Bouches-du-Rhône), afin de rendre compte de la tension de leur métier.

FRANCE 3

Dans la chaîne des secours, les services des urgences ne sont pas les seuls à être sous tension. Les pompiers eux aussi font part de leur malaise. Lors de leur congrès national, qui s'est ouvert mercredi 18 septembre, ils ont réclamé plus de moyens, mais surtout un système plus efficace, qui leur permettrait de s'occuper des véritables urgences, et non plus des bobos du quotidien. Pour mieux se rendre compte des conditions de travail, France 3 a suivi des pompiers d'Aubagne (Bouches-du-Rhône).

Quinze interventions en milieu d'après-midi

Sur l'A50, un van a raté la sortie et s'est encastré contre des troncs d'arbres à 90 km/h. Les pompiers évacuent les blessés. À 17 heures, ils en sont déjà à quinze interventions. "Les gens rentrent chez eux donc, forcément, il y a plus de monde, donc plus de risques. Et parfois plus d'accidents", explique le lieutenant Stéphane Carletti, de la caserne des pompiers d'Aubagne. Parfois, la pertinence d'avoir recours aux pompiers peut être remise en cause.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un sapeur-pompier dans une caserne en 2018. 
Un sapeur-pompier dans une caserne en 2018.  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)