Cet article date de plus de quatre ans.

Ardennes : plus d'un million de vues pour un court-métrage réalisé par les pompiers qui alerte sur le manque de personnel

Le clip glaçant met en scène un homme qui a un accident de voiture. Son fils, également blessé, est inconscient. Et le 18 sonne dans le vide. Une projection d'un monde sans pompiers qui a pour objectif d'alerter sur l'importance de s'engager.

Article rédigé par
avec France Bleu Champagne-Ardenne - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Photo d'illustration. (LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP)

Le court-métrage Un monde sans pompiers réalisé à Haybes par les pompiers des Ardennes, et diffusé sur les réseaux sociaux, comptabilise dimanche 11 novembre plus de 1,2 million de vues, a rapporté France Bleu Champagne-Ardenne. Il s'agit d'un clip de trois minutes où, à la suite d'un accident de voiture, un père n'arrive pas à trouver de secouristes pour sauver son fils inconscient, car il n'y a plus de pompiers.

Leur objectif : insister sur l'importance des volontaires dans l'organisation des secours et inciter à s'engager. Car, comme l'indique l'une des scènes du film, même si les volontaires sont nombreux dans les Ardennes, 1 500, contre 130 professionnels, il est difficile de les mobiliser dans la journée à cause de leur activité professionnelle. Et pourtant, ce sont eux qui réalisent 80 % des interventions. "C'est un problème journalier. On nous demande un effectif minimum de six personnes la journée. Il arrive que nous soyons trois", a témoigné à France Bleu Champagne-Ardenne le capitaine Denis Despas, commandant de la première compagnie des Ardennes.

Une directive européenne préoccupante

De plus, les pompiers redoutent une directive européenne sur le temps de travail, susceptible d'aggraver cette situation. "Elle impose un temps de repos égal au temps de travail effectué dans la journée", a expliqué à France Bleu Champagne-Ardenne le lieutenant-colonel Pascal Christophe, référent volontariat au Service d'incendie et de secours des Ardennes. "Un sapeur-pompier volontaire ne pourra plus se mettre d'astreinte à l'issue de sa journée de travail", a-t-il ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.