Arbitrage Crédit Lyonnais : Tapie sort du silence

Bernard Tapie contre-attaque après la décision du Consortium de réalisation chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais, qui l'enjoint à rembourser la somme qu'il a touchée lors de l'arbitrage de 2008. Dans une vidéo publiée sur le site du Point, il répète que c'est lui qui a été floué dans l'affaire et s'en prend aux médias qui l'ont mis en cause.

(Bernard Tapie réaffirme que c'est lui qui a été "volé" dans l'arbitrage Crédit Lyonnais © REUTERS/Philippe Laurenson)

Il a reçu une lettre recommandée. De celles qui n'amènent pas de bonnes nouvelles. Par ce courrier, le Consortium de réalisation (CDR), réclame à Bernard Tapie la somme de 392 millions d'euros : soit le remboursement des sommes versées en 2008 lors de l'arbitrage du Crédit Lyonnais.

L'homme d'affaires n'est pas prêt à s'exécuter et dans une vidéo publiée ce jeudi sur le site du Point, il se défend. Contestant avoir eu connaissance des conditions de la revente d'Adidas par le Crédit Lyonnais, il réaffirme être celui qui a été floué dans l'affaire (il a touché 2 milliards de francs en vendant la firme à la banque, qui l'a cédé à Robert Louis-Dreyfus pour 4,4 milliards de francs). Et il s'en prend aux médias, accusés d'avoir instruit à charge un procès illégitime et à l'Etat, qui se voit taxer de sanctionner ceux qui réussissent en France.

Dans une vidéo, Bernard Tapie dénonce l'acharnement dont il se dit être victime dans l'affaire de la revente d'Adidas au Crédit Lyonnais
--'--
--'--
Selon son avocat, Bernard Tapie n'a pas obligation de se plier à la demande de remboursement qui lui est faite par le CDR, ce qui laisse entendre qu'il compte utiliser tous les recours possibles.