Cet article date de plus de dix ans.

Nobel de médecine : l'amertume du Pr Chermann

Le Prix a été décerné par le Comité Nobel, lundi, aux Français Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier, pour la découverte du virus du sida (voir notre article). _ Le professeur Chermann faisait partie de l'équipe...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France ©REUTERS / Institut Pasteur)

Il est "très content" pour ses deux anciens collègues, Jean-Claude Chermann. Et il se réjouit que cette reconnaissance du Comité Nobel mette fin, 25 ans après, à la polémique sur la paternité sur la découverte du virus.

Cette polémique avait opposé pendant des années l'équipe française, dirigée par Luc Montagnier, et l'équipe américaine du professeur Robert Gallo.

Mais cette satisfaction n'empêche pas Jean-Claude Chermann d'être quelque peu amer : "j'étais vraiment une pièce maîtresse. C'était dans mon labo. C'était moi le
rétrovirologue. On a été trois à défendre devant
les Américains notre découverte publiée en mai 1983".

Comment expliquer cet "oubli" ? Le professeur Chermann évoque son départ de l'Institut Pasteur en 1988 : "c'est peut-être ce que
je paie ou ce que j'ai payé. Je n'en sais rien".
_ Quoi qu'il en soit, un comité de soutien vient de se créer. Objectif : que le Prix Nobel soit co-attribué à Jean-Claude Chermann. Le scientifique poursuit ses recherches sur le virus : il appartient désormais à "l'Unité de recherche rétrovirus et maladies associées" d'Aubagne, et travaille à la préparation "d'un anticorps thérapeutique" pour les malades du sida en échec de traitement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.