Cet article date de plus de sept ans.

La gendarmerie démantèle un trafic de bitcoins

Trois personnes ont été interpellées la semaine dernière à Cannes, Nice et Toulouse, dont l'administrateur "d'une plate-forme internet illégale d'échange de bitcoins", a annoncé lundi la gendarmerie de Midi-Pyrénées. 388 unités de la devise électronique, soit l'équivalent de 200.000 euros, ont aussi été saisies.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La gendarmerie a saisi l'équivalent de 200.000 euros en bitcoins © Maxppp)

On ne s'improvise pas banquier au directeur de casino, même sur le "DarkNet", la partie immergée d'Internet. La gendarmerie a annoncé lundi l'arrestation la semaine dernière de trois personnes à Cannes, Nice et Toulouse. Ils sont suspectés par la justice de "opérations de banque effectuées par personne autre qu'un établissement de crédit, offre illégale de paris ou jeux d'argent en ligne, blanchiment et travail dissimulé ".

A lire aussi ►►► Bitcoins : la convoitise des cybercriminels... et des Etats

Pour réaliser ce coup de filet, présenté comme une première en Europe par la gendarmerie, les enquêteurs ont réussi à localiser "l'administrateur principal d'une plate-forme illégale d'échange de bitcoins ". D'après la gendarmerie, entre novembre dernier et début juillet, 2.750 transactions ont été effectuées via cette plate-forme pour une valeur d'un million d'euros.

Lors de perquisitions menées dans deux maisons du sud de la France et à Bruxelles, les enquêteurs ont saisi un protefeuille contenant 388 bitcoins, soit environ 200.000 euros, de nombreuses cartes bancaires, du matériel informatique et 9.000 euros en liquide. Le site d'échanges a été fermé au public et deux des interpellés devraient être placés sous contrôle judiciaire dans les heures qui viennent.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers High Tech

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.