Cet article date de plus de sept ans.

La Cnil accuse Apple de surveiller ses salariés d'un peu trop près

Le géant américain Apple a été mis en demeure ce jeudi par la Cnil, qui lui reproche une surveillance "disproportionnée" de ses salariés dans les 17 Apple Store français. Les caméras de vidéosurveillance filmeraient notamment des espaces de repos. C'est la deuxième fois en deux ans qu'Apple est ainsi épinglé.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Apple aurait une pratique de la vidéosurveillance un peu trop intrusive, selon la Cnil © REUTERS/Aly Song)

Apparemment, Apple s'intéresse d'un peu trop près aux faits et gestes de ses employés, dans les 17 Apple Store ouverts sur le territoire français. En effet, selon un document rendu public par la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) ce jeudi, la marque à la pomme s'autoriserait quelques libertés, justement.

Les inspecteurs de la Cnil ont effectué des visites surprises dans quatre magasins juste avant l'été - à Bordeaux et à Paris notamment. Leurs conclusions, transcrites par la présidente de la commission Isabelle Falque Pierrotin (voir document ci-dessous) : "Les caméras de vidéosurveillance installées dans les bureaux de la direction ne sont pas orientées uniquement vers les zones sensibles (porte d'accès ou coffre-fort) mais filment de manière directe et constante les postes de travail ". En clair, les caméras sont orientées vers des zones ne présentant aucun intérêt direct, comme des espaces de repos par exemple.

Ce n'est pas la première fois...

Ce qui provoque le courroux de la Cnil, c'est aussi la répétition dans la faute. En décembre dernier, Apple avait déjà été mis en demeure, à cause de certaines caméras filmant les salariés "en permanence " à leurs postes de travail. Cette fois-là, c'est l'Apple Store situé à Paris-Opéra qui avait été visité. Deux mois plus tard, l'entreprise américaine avait assuré avoir apporté des modifications à son système de vidéosurveillance, justifiant à l'époque un arrêt de la mise en demeure.

À nouveau, Apple dispose de deux mois pour se mettre en conformité avec les recommandations de la Cnil. À ce stade, il n'y a aucune sanction, si ce n'est un coup porté à l'image de la marque à la pomme.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers High Tech

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.