Cet article date de plus de neuf ans.

Fessée, claque… Les punitions physiques en prennent encore un coup

Pour la première fois, une étude s’est penchée de manière sérieuse sur les conséquences à long terme des châtiments corporels, hors maltraitance. Et confirme qu’ils peuvent entraîner des troubles mentaux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les châtiments corporels sur les enfants sont interdits dans 32 pays. (GETTY IMAGES )

Ils sont encore un réflexe dans beaucoup de foyers. Les châtiments corporels de type fessée ou claque devraient pourtant être bannis de l’éducation. C'est en tout cas la conclusion d'une nouvelle étude sur le sujet, publiée lundi 2 juillet dans la revue américaine Pediatrics.

Des chercheurs canadiens se sont penchés sur les conséquences à long terme des punitions physiques, hors maltraitance (sévices, abus sexuels, négligence, carence affective…). Résultat : elles augmenteraient le risque de troubles mentaux à l’âge adulte.

Anxiété, dépression, dépendance à l’alcool 

Cette recherche est la première du genre à être menée sur un échantillon national représentatif : 34 653 adultes américains, âgés de 20 ans ou plus. Au total, près de 1 300 se souviennent avoir été parfois ou (très) souvent poussés, giflés, fessés ou bousculés par leurs parents. A l’inverse, un peu moins de 20 000 déclarent avoir rarement ou jamais subi ce genre de punition.

A partir de ces données, les chercheurs ont pris soin d’ajuster les résultats en fonction notamment du sexe, du contexte socio-économique et familial, et des antécédents des parents. Bilan : les adultes ayant subi des punitions physiques ont entre 2% et 7% de risques supplémentaires de présenter des pathologies mentales, qu’il s’agisse de troubles de la personnalité, d’anxiété, de dépression ou de dépendance à l’alcool ou à drogue.

Cette étude vient ainsi conforter les conclusions des différentes recherches - en majorité anglo-saxonnes - menées ces dernières années sur la question. Basées sur des échantillons moins importants et ne distinguant pas forcément les punitions physiques de la maltraitance, elles parviennent néanmoins au même constat : les enfants victimes de châtiments corporels souffriraient davantage de désordres mentaux une fois adultes, et seraient plus enclins à présenter un comportement agressif.

Interdits dans 32 pays, pas en France

"La croyance populaire veut que les châtiments corporels ne posent pas de problème tant qu’on ne le fait pas dans un accès de colère et qu’on est un parent chaleureux et aimant. Mais aucun chiffre ne vient conforter cette idée", commente dans le magazine américain Time Tracie Afifi, auteur de l'étude.

Le débat autour de l’interdiction des châtiments corporels sur les enfants est vif dans plusieurs pays. Trente-deux ont déjà légiféré contre, comme l’Espagne, le Portugal, l’Allemagne, les Pays-Bas ou encore l’Autriche. Aux Etats-Unis, au Canada et en France, ils sont toujours autorisés. La députée UMP Edwige Antier, pédiatre, a déposé deux propositions de loi visant à les abolir fin 2009 et fin 2010. Elles n'ont jamais été examinées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.