Un camion-poubelle dans l'espace : l'Agence spatiale européenne lance une première mission de ramassage de débris en orbite

L'objectif est de détruire un morceau d'une ancienne fusée de plus de 100 kg. Ce "camion-poubelle de l'espace" doit être lancé en 2025.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Adrios sera la première mission spatiale à retirer un débris de l'orbite, dont le lancement est prévu en 2025. (ESA / CLEARSPACE SA / HANDOUT / MAXPPP)

Nettoyer le ciel de ses débris spatiaux, c’est l’objectif de la mission Adrios de l'ESA, l'Agence spatiale européenne, qui vient de signer officiellement pour une première opération inédite : ramasser et détruire un morceau de fusée qui tourne au-dessus de nos têtes depuis 2013. Le projet s’appelle ClearSpace. C'est une petite entreprise suisse qui est chargée de construire ce camion-poubelle de l’espace. Il sera lancé, si tout va bien, en 2025. 

23 000 débris répertoriés

Il s’agit en fait un engin de la taille d’un satellite, doté de quatre bras, quatre tentacules qui devront attraper le débris visé, un morceau de plus de 100 kg, issu d’une ancienne fusée européenne Vega. Ce ramassage, s’il réussit, constituera une première. "Avec ses quatre tentacules, notre petit satellite va encercler les débris avant de le toucher, explique Luisa Innocenti, chef de projet ClearSpace à l’ESA, parce que les objets flottent dans l’espace, et si on les touche, ils s’en vont."

"C’est très important durant la mission d’encercler le débris et après de fermer les tentacules. Puis, tous les deux vont se détruire. Ils vont brûler en entrant dans l’atmosphère."

Luisa Innocenti, chef de projet ClearSpace

à franceinfo

Aujourd’hui plus de 23 000 débris de toutes tailles sont répertoriés et surveillés dans l’espace, selon l'ESA. En septembre, la Station spatiale internationale avait dû modifier sa position pour la troisième fois cette année, pour éviter une collision avec l’un de ces morceaux errants autour de notre planète.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.