Vidéo "Moi, je voulais être basketteur. Je voulais être grand, noir, faire 2 mètres" : Thomas Pesquet raconté par Thomas Pesquet

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
Enfant, il jouait dans une fusée en carton et rêvait de voyager dans l'espace. Aujourd'hui astronaute, il ne joue plus, mais il continue de rêver. Pour Brut, Thomas Pesquet raconte son histoire.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Enfant, il jouait dans une fusée en carton et rêvait de voyager dans l'espace. Aujourd'hui astronaute, il ne joue plus, mais il continue de rêver. Pour Brut, Thomas Pesquet raconte son histoire.

Ado, Thomas Pesquet rêvait de basket. "Malheureusement, ça ne s'est pas passé comme ça", raconte-t-il à Brut. Mais tout petit, il vouait déjà une fascination pour l'espace et jouait dans une fusée en carton, fabriquée par son père. "Il y avait des coussins dedans, il y avait une espèce de volant, enfin, des espèces de commandes", se souvient-il. Il y passait alors des heures et s'évadait dans des voyages interplanétaires imaginaires. S'il était fasciné par l'espace, Thomas Pesquet confie avoir eu du mal à s'identifier à ce métier. "Je ne voyais pas le lien entre ces gars qui allaient dans l'espace, qui me fascinaient. Comment ça pouvait être moi ? Non, vraiment, je ne voyais pas le truc", raconte le spationaute.

Un rêve devenu réalité

Thomas Pesquet penche finalement pour un avenir de pilote. Après des études scientifiques et un poste d'ingénieur dans l'aéronautique, il devient pilote sur les Airbus A320, après avoir passé un concours Air France.

Et puis un jour, son rêve d'enfant devient réalité : "Dans le bon timing, en 2008, concours d'astronaute et là, sans vraiment...sans orienter toute ma vie pour devenir astronaute, il se trouve qu'au moment du concours, j'ai un peu toutes les cartes en main, enfin du moins certaines cartes en main, et puis je m'inscris, et ça marche, quoi." Thomas Pesquet est alors le plus jeune recruté par l'Agence spatiale européenne. Quand on lui demande quel est son premier souvenir marquant, il n'hésite pas : "Je pense que l'arrivée en orbite, c'était quand même assez dingue."

Pour la première fois, un Commandant à bord de la Station Spatiale Internationale sera français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Thomas Pesquet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.