Cet article date de plus de sept ans.

La sonde Rosetta révèle de nouveaux secrets de la comète Tchouri

La sonde européenne a livré de nouvelles observations qui révèlent les caractéristiques inattendues de la comète, selon des études publiées jeudi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Cette image, réalisée à partir de plusieurs clichés, le 13 novembre 2014, présente la sonde Rosetta lors de son atterrissage sur la comète Tchouri.  (AP / SIPA)

La comète Tchouri est pleine de surprises. Les instruments de la sonde européenne Rosetta, dans laquelle voyageait le robot Philae, ont révélé les caractéristiques inattendues de ce corps céleste, selon les résultats de sept études publiées jeudi 22 janvier. "Les résultats de ces premières analyses jettent les bases pour la suite de la mission", a ainsi jugé Matt Taylor, de l'Agence spatiale européenne (ESA). 

67P/Tchourioumov-Guérassimenko de son vrai nom, est large de 4 km et se trouve actuellement à 510 millions de km de la Terre. Comme toutes les comètes, elle conserve les traces de la matière primitive du système solaire, témoignant des conditions de sa naissance il y a 4,5 milliards d'années. Voilà ce que les scientifiques ont d'ores et déjà découvert grâce à cette mission inédite : 

Une forme inhabituelle

Les images prises par la caméra haute définition Osiris montrent une forme inhabituelle du noyau de la comète, qui est composé de deux lobes séparés par une sorte de cou dont l'origine reste inexpliquée. Ou, pour vous donner une autre image, Le Monde la compare à un "pop-corn boursouflé" ou à un "canard" doté d'une tête, d'un cou et d'un corps.

Une grande diversité de structures géologiques

C'est une découverte étonnante. La surface de la comète, de composition assez homogène, présente une grande diversité de structures géologiques. Ces dernières résultent des phénomènes d'érosion dont, par exemple, des ondulations identiques à celles observées dans les dunes de sable sur Mars. "Nous avons été surpris par la variété des structures géologiques", a confié Hans Nilsson, de l'Institut suédois de physique spatiale, un des co-auteurs d'une de ces études publiées dans la revue américaine Science.

Dix-neuf régions ont ainsi été repérées, raconte Libération, chacune bpatisée d'un nom tiré de l'Egypte ancienne, comme Ma'at, Seth, Imhotep ou Anubis. Le fameux "cou" de Tchouri a été nommé Hapi, le nom du dieu du Nil en crue, précise le journaliste Sylvestre Huet sur son blog scientique.

Un noyau très poreux

"L'atmosphère de la comète, composée d'un mélange de poussière et de molécules de gaz, semble être inégalement distribuée autour du noyau", a précisé Hans Nilsson. Un détecteur de Rosetta, en orbite autour de la comète à environ 30 km, a déjà récolté une moisson de données sur les grains provenant du noyau comme leur taille et leur composition. Les chercheurs ont déterminé que ce noyau était très poreux.

Surtout, ils jugent surprenant que Tchouchi soit aussi active en étant autant éloignée du Soleil à ce stade de son orbite. Une activité qui se concentre dans la région du "cou" où de la glace d'eau a été détectée.

De quoi s'enthousiasmer alors que la qualité des mesures et des observations de Rosetta va encore s'améliorer quand la sonde va s'approcher, à la mi-février, à environ 6 km de la surface de Tchouri. Ce survol, à la plus basse altitude jamais tentée, permettra aux instruments "de prendre des images et d'effectuer un spectre de la surface avec une résolution sans précédent", a expliqué jeudi l'ESA.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sonde Rosetta

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.