La Nasa découvre une autre planète de la taille de la Terre dans une zone "habitable"

L'étoile TOI 700 est petite, environ 40% de la taille et de la masse de notre Soleil, avec une température de surface inférieure de moitié. De nombreux astronomes vont désormais analyser les différentes données obtenues sur cette planète.

Une illustration diffusée par la Nasa le 6 janvier 2020, imaginée à partir d\'une simulation de l\'étoile TOI 700 d, nouvelle planète de la taille de la Terre découverte dans une \"zone habitable\".
Une illustration diffusée par la Nasa le 6 janvier 2020, imaginée à partir d'une simulation de l'étoile TOI 700 d, nouvelle planète de la taille de la Terre découverte dans une "zone habitable". (NASA / AFP)

Elle est baptisée TOI 700 d. La Nasa a annoncé, lundi 6 janvier, que son satellite Tess, chasseur de planètes, avait permis de découvrir une nouvelle planète de la taille de la Terre et à une distance ni trop proche ni trop éloignée de son étoile pour que de l'eau liquide y soit peut-être présente. Elle est relativement proche de nous : à cent années-lumière, selon le Jet Propulsion Laboratory de la Nasa, qui a fait cette annonce lors de la conférence hivernale de la société américaine d'astronomie à Honolulu, à Hawaï.

L'étoile TOI 700 est petite, environ 40% de la taille et de la masse de notre Soleil, avec une température de surface inférieure de moitié. Tess a découvert trois planètes autour de cette étoile, nommées TOI 700 b, c, et d. Seule la "d" est dans la zone dite "habitable". Elle fait presque la taille de la Terre (20% de plus), et fait le tour de son étoile en 37 jours. Elle reçoit 86% de l'énergie fournie par le Soleil à la Terre. Reste à savoir de quoi elle est composée. Les chercheurs ont généré des modèles à partir de la taille et du type de l'étoile, afin de prédire la composition de l'atmosphère et la température de surface.

"Mars quand elle était jeune", selon une simulation

L'une des simulations, explique la Nasa, est une planète couverte par des océans avec "une atmosphère dense et dominée par le dioxyde de carbone, similaire à ce à quoi Mars ressemblait quand elle était jeune, selon les suppositions des scientifiques". Une face de cette planète fait toujours face à son étoile, comme c'est le cas de la Lune avec la Terre, un phénomène appelé "rotation synchrone". Cette face serait constamment couverte de nuages, selon ce modèle.

Mais une autre simulation prédit une version de la Terre sans océans, où les vents souffleraient de la face cachée vers la face éclairée. De multiples astronomes vont désormais observer la planète avec d'autres instruments, obtenant de nouvelles données qui correspondront peut-être à l'un des modèles prédits par la Nasa.

Un lycéen participe à la découverte

Le système a failli être raté par Tess, mais plusieurs astronomes amateurs, dont un lycéen du nom d'Alton Spencer, salué par la Nasa, ont découvert une erreur de classification initiale. Cela a permis de comprendre la vraie nature du système. La découverte a ensuite été confirmée par le télescope spatial Spitzer.

Quelques autres planètes de type similaire ont été découvertes auparavant, notamment par l'ancien télescope spatial Kepler, mais c'est la première par Tess, lancé en 2018. "Tess a été conçu et lancé spécifiquement pour trouver des planètes de la taille de la Terre et en orbite autour d'étoiles proches", a déclaré Paul Hertz, directeur de la division d'astrophysique de la Nasa.