Cet article date de plus de sept ans.

Conquérir Mars, une mission impossible pour l'instant, selon des experts

L'Académie américaine des sciences épingle la stratégie de la Nasa. Elle estime que le budget actuel est insuffisant pour envoyer un homme sur la planète rouge.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une vue de la planète Mars photographiée par un robot d'exploration de la Nasa, le 1er juin 2013. (NASA / AFP)

Une "invitation à l'échec et aux désillusions". L'Académie américaine des sciences épingle sévèrement le programme d'exploration spatiale habitée de la Nasa, l'agence spatiale américaine, et préconise de retourner d'abord sur la Lune, avant de songer à conquérir Mars.

La Nasa ne s'est pas donnée de calendrier, mais sa principale ambition est pour l'heure d'envoyer des astronautes capturer un astéroïde avant d'aller sur la planète rouge. Mais pour l'Académie des sciences, Mars est, parmi les destinations possibles, "la plus distante et la plus difficile", elle doit donc être le "but ultime" des Etats-Unis.

Revenir sur la Lune, une étape avant Mars

Sauf qu'avec le budget actuellement alloué, impossible d'aller sur Mars, estiment les auteurs du rapport. Tout programme d'exploration habitée nécessitera un consensus national sur l'objectif à atteindre et une coopération internationale, y compris avec la Chine, pour l'heure considérée comme une rivale par Washington.

En attendant, pour se donner les moyens de conquérir un jour la planète rouge, le rapport préconise trois scénarios. Deux d'entre eux prévoient un retour préalable des Américains sur la Lune, piste abandonnée par Barack Obama en 2010. Les auteurs considèrent que cette étape sur le sol lunaire favorisera la coopération internationale et permettra la mise au point de technologies d'atterrissage et des modules d'habitation utiles pour de futures missions martiennes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espace

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.