Des scientifiques décèlent de l'ADN préhistorique sans ossements

Des scientifiques viennent d'isoler de l'ADN datant de la préhistoire sans ossements ni fossiles. Une performance qui ouvre de nouvelles perspectives pour comprendre et connaître l'histoire de l'humanité.

Une découverte qui va changer en profondeur le travail des archéologues et des paléontologues. Ils n'ont plus besoin d'ossements ou de dent pour trouver de l'ADN. Selon un article publié dans la revue Sciences, des chercheurs ont analysé des échantillons de sédiments parfois vieux de centaines de milliers d'années, extraits de huit sites préhistoriques. Ils y ont trouvé de minuscules d'ADN issues de la décomposition des corps ou des excréments, suffisant pour déterminer si des hommes ou des animaux vivaient sur place et à quelle espèce ils appartiennent.

Un séquençage plus rapide de l'ADN

Ainsi, les chercheurs ont par exemple décelé des fragments d'ADN du mammouth laineux disparu il y a 4 000 ans. Une avancée majeure rendue possible grâce aux avancées technologiques : un séquençage plus rapide de l'ADN qui permet de déchiffrer avec précision le code génétique des êtres vivants.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des scientifiques viennent d\'isoler de l\'ADN datant de la préhistoire sans ossements ni fossiles. Une performance qui ouvre de nouvelles perspectives pour comprendre et connaître l\'histoire de l\'humanité.
Des scientifiques viennent d'isoler de l'ADN datant de la préhistoire sans ossements ni fossiles. Une performance qui ouvre de nouvelles perspectives pour comprendre et connaître l'histoire de l'humanité. (France 2)