Cet article date de plus de huit ans.

Décès de bébés à Chambéry: l'avocat de Marette accuse l'hôpital

Lors d'une conférence de presse ce jeudi, l'avocat du laboratoire Marette, mis en cause dans la mort de quatre nourrissons à Chambéry en décembre dernier, a accusé l'hôpital d'avoir utilisé une poche de nutrition périmée. Tout en précisant que ces "dysfonctionnements" n'avaient pas forcément "un lien causal avec les décès".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Parole à la défense. Alors que la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé mercredi le lancement d'une enquête nationale après la mort de quatre nourrissons en décembre dernier à l'hôpital de Chambéry, le principal accusé, le laboratoire Marette, a décidé ce jeudi de contre-attaquer.

"Des dysfonctionnements majeurs internes au centre hospitalier de Chambéry ont eu lieu, en rapport avec au moins un des accidents survenus" (l'avocat de Marette)

L'avocat du laboratoire, Maître Matthieu Lemaire, a organisé une conférence de presse pour livrer sa version des faits. Selon lui, l'hôpital a utilisé, le 15 décembre dernier, une poche de nutrition périmée depuis trois jours. Ces fameuses poches mises en cause contenaient pour certaines un germe dangereux pour les nourrissons. Mais l'avocat a également tempéré ses attaques, précisant qu'il n'affirmait pas que ces "dysfonctionnements " avaient "un lien causal avec les décès ". Le parquet de Marseille, où l'enquête a été ouverte, a confirmé l'information dans la soirée.

En attendant, peut-être, d'autres cas, la ministre de la Santé attend les résultats d'une inspection pour la semaine prochaine. Le laboratoire Marette, dont la production délivrée à une vingtaine d'hôpitaux en France a été suspendue, a déjà indiqué qu'il ne ferait pas appel de cette décision.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.