Cet article date de plus de quatre ans.

Au Moyen Age, les Anglais mutilaient les cadavres pour se protéger contre les zombies

Des chercheurs britanniques ont établi que les habitants d'un ancien village médiéval brûlaient et démembraient les morts "pour les empêcher de quitter leurs tombes".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des ossements humains découverts au Mexique, le 1er août 2009.  (REUTERS)

Avant que la littérature, la BD et le cinéma ne s'emparent de ces mythes, les attaques de morts-vivants terrifiaient nos ancêtres. En étudiant des ossements retrouvés lors de fouilles dans le Yorkshire, dans le nord de l'Angleterre, des archéologues de l'organisme Historic England et de l'université de Southampton, ont découvert qu'entre les 11e et 14e siècles, des cadavres y étaient mutilés par les habitants pour, pensent-ils, éviter qu'ils ne sortent de terre, attaquent les humains et propagent des maladies, résume The Guardian, lundi 3 avril.

"La piste selon laquelle les ossements [retrouvés dans l'ancien village] de Wharram Percy sont les restes de corps brûlés et démembrés pour les empêcher de quitter leurs tombes est celle qui convient le mieux", selon le biologiste Simon Mays. "Et si cela se révèle exacte, cela sera la première preuve fiable de cette pratique dont nous disposons." 

L'hypothèse du cannibalisme écartée

Ces restes, excavés dans les années 1960 dans les ruines d'un ancien village médiéval prospère, ont pu écarter la piste du cannibalisme, pourtant commun en temps de famine. Les marques de coupures ne correspondent pas à celles retrouvées sur les corps ayant servi à se nourrir. Aussi, il a été démontré que les cadavres étaient des locaux, ce qui écarte la piste du massacre d'étrangers. "L'état des os de Wharram Percy suggère que les corps ont été décapités peu après la mort et brûlé", indique le Guardian.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.