Qui était James Webb, l'administrateur de la NASA qui a donné son nom au télescope spatial ?

Dans les années 1960, l'administrateur de l'agence spatiale américaine a participé activement à la réussite de la mission Apollo, mais son héritage est controversé.

Article rédigé par
Clémentine Sabrié - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un portrait non-daté de James Webb, administrateur de la Nasa entre 1961 et 1968.  ((- / AFP))

Un fonctionnaire d'État américain de carrière surtout connu pour son rôle dans le développement de la mission Apollo. James Webb a été administrateur de la NASA (agence spatiale américaine) de 1961 à 1968. Plus d'un demi-siècle plus tard, le télescope spatial qui porte son nom a livré ses premières photos, des prises de vue inédites de l'espace, lundi 11 juillet. Un amas de galaxies formées peu après le Big Bang, il y a plus de 13 milliards d'années. Aux États-Unis, des voix se sont élevées pour rebaptiser le télescope à cause de soupçons sur le passé de James Webb. Des scientifiques l'accusent d'avoir participé à la persécution des personnes homosexuelles durant les années 1950 et 1960.

>> Le nouveau télescope James Webb, auteur de ses premiers clichés

James Webb est né en Caroline du Nord en 1906. Après avoir été diplômé en droit et admis au barreau du district de Columbia, il entame une carrière dans l'administration publique. Le vice-président démocrate Lyndon B. Johnson le nomme administrateur de la NASA en 1961. James Webb pose ses conditions : "Je ne vais pas diriger un programme ponctuel. Si vous voulez que je sois administrateur, il faut que ce soit un programme équilibré qui serve le pays." La même année, le président Kennedy annonce officiellement le lancement de la mission Apollo avec pour objectif d'envoyer un homme sur la Lune. Le fonctionnaire a utilisé ses compétences politiques et son influence pour fédérer autour du programme spatial américain, même après l'accident de 1967. Les trois astronautes de la première mission habitée vers la Lune sont morts dans l'incendie du module de commande de la fusée.

Après sept ans à la tête de l'agence spatiale américaine, James Webb démissionne quelques mois seulement avant la première mission Apollo réussie. Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong pose le pied sur la Lune et prononce sa célèbre phrase : "Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité." Le succès du programme Apollo est largement attribué à James Webb aux États-Unis. Les méthodes de management du fonctionnaire d'État, qui ont permis d'organiser la NASA, ont ensuite été reprises dans plusieurs autres agences fédérales américaines.

La peur violette

Mais derrière cette réussite, se cache une face bien plus sombre, selon quatre astronomes américains. Chanda Prescod-Weinstein, Sarah Tuttle, Lucianne Walkowicz et Brian Nord ont publié, le 1er mars 2021, une tribune dans le Scientific American (article en anglais). Ils demandaient que le nom du télescope spatial dernière génération soit changé. Ils évoquent des archives prouvant que "Webb a planifié et participé à des réunions pendant lesquelles il a remis des documents homophobes".

Le fonctionnaire d'État est soupçonné par ces astronomes d'avoir participé à ce qui est appelé la "peur violette" ou la "peur lavande". À l'image de la persécution des communistes ou apparentés communistes pendant la "peur rouge", la "peur violette" désigne un mouvement de persécution des personnes homosexuelles pendant les années 1950 et 1960. Le gouvernement américain organisait une "chasse aux sorcières" pour licencier toutes les personnes homosexuelles qui travaillaient dans l'administration.

La NASA a refusé de changer le nom de son télescope. Pourtant, la revue scientifique Nature a révélé, le 25 mars 2022, des emails prouvant que l'agence avait conduit une enquête en interne au sujet de James Webb et de la "peur violette" (article en anglais). La cas de Clifford Norton est évoqué. Cet employé a fait appel après avoir été licencié pour "comportement immoral, indécent et honteux". La personne interrogée par le juge à ce sujet a répondu que c'était "l'habitude au sein de l'agence" de licencier des personnes pour "comportement homosexuel". Malgré ces dernières révélations, le télescope spatial le plus abouti jamais envoyé dans l'espace reste nommé James Webb.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Astronomie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.