Vidéo La pollution lumineuse des constellations de satellites comme Starlink de SpaceX inquiète les astronomes

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Joachim Dauphin - franceinfo
Radio France

La société d'Elon Musk multiplie les mises en orbite pour son internet spatial comme celui du jeudi 4 mars. D'ici 10 ans, il pourrait y avoir plus de 50 000 satellites dans le ciel contre 2 400 aujourd'hui.

Depuis le printemps 2019, SpaceX a mis en orbite autour de la Terre plus d'un millier de satellites Starlink, ce qui en fait déjà la constellation satellitaire la plus fournie de l'histoire. Le but de la société d’Elon Musk est de mailler le ciel pour fournir internet depuis l’espace partout dans le monde. SpaceX a obtenu l’autorisation des autorités américaines d’en envoyer 12 000. Alors qu’il n’y a que 2 500 satellites actifs autour de la Terre aujourd’hui.

Les astronomes du monde entier alertent depuis plusieurs mois sur la brillance des ces objets. "Ça va être très gênant pour les travaux scientifiques et les photographies parce qu' on va se retrouver avec des traînées de plus en plus nombreuses", dénonce Nicolas Biver, astrophysicien à l’observatoire de Paris. “On est déjà gêné par les lumières qui sont au sol."

On a en plus des signaux parasites observables partout, notamment depuis les observatoires professionnels situés dans des sites préservés de la pollution lumineuse du sol.

Nicolas Biver

astrophysicien à l'observatoire de Paris

Les astronomes ont lancé plusieurs pétitions pour tenter de se faire entendre. La pétition,“Stop SpaceX Startlink de ruiner l’observation du ciel pour l’Humanité” a ainsi obtenu plus de 20 000 signatures.

En mars 2020, Elon Musk avait balayé les inquiétudes des astronomes au sujet de sa constellation de satellites. "Je suis persuadé que nous ne causerons pas le moindre impact sur les découvertes astronomiques, zéro", avait-il notament affirmé. Finalement, le fondateur de Tesla a ajouté des sortes de pare-soleil sur ses satellites. Pas suffisant pour calmer la colère des curieux du ciel.

Pendant que la colère monte, SpaceX accélère les lancements de satellites pour accentuer son avance sur ses concurrents. Les autorités françaises ont autorisé le 18 février le réseau Starlink à fonctionner en France. Amazon a obtenu en juillet l’autorisation de lancer 3 200 satellites pour son projet Kuiper, mais est à la traîne. L’Europe réfléchit à son propre système pour ne pas dépendre des deux géants américains. La bataille s'annonce rude pour conquérir ce marché estimé à plusieurs dizaines de milliards de dollars en 2030. Et d'ici 10 ans, il pourrait y avoir plus de 50 000 satellites dans le ciel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Astronomie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.