Cet article date de plus de neuf ans.

Xavier Bertrand a demandé à l'Anses une "réponse précise" sur les éventuelles difficultés que poserait l'aspartame

Ce à quoi l'Agence nationale de sécurité sanitaire a annoncé lundi qu'elle devrait publier ses premières recommandations sur la consommation de cet édulcorant de synthèse par les populations sensibles fin 2011/début 2012.Le ministre de la Santé avait indiqué dimanche vouloir savoir si "oui ou non l'aspartame pose des difficultés ?"
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Quid de l'aspartame ? (Charlie Abad / Photononstop)

Ce à quoi l' Agence nationale de sécurité sanitaire a annoncé lundi qu'elle devrait publier ses premières recommandations sur la consommation de cet édulcorant de synthèse par les populations sensibles fin 2011/début 2012.

Le ministre de la Santé avait indiqué dimanche vouloir savoir si "oui ou non l'aspartame pose des difficultés ?"

"Si c'est le cas il faudra que, au niveau européen, on prenne des mesures draconiennes, soit de meilleures informations ou de meilleures précautions", avait-il déclaré au Grand rendez-vous Europe 1/i-Télé/Aujourd'hui en France.

Xavier Bertrand avait alors précisé avoir demandé à l'Agence nationale de sécurité sanitaire, "qui est l'agence qui s'occupe de ces questions d'alimentation, de santé et d'environnement, de nous faire une réponse précise: 'Est-ce que oui ou non l'aspartame pose des difficultés ?'"

Le directeur général adjoint de l'Anses, Gérard Lasfargues, a rappelé que, suite à la publication de deux études, l'Autorité européenne de sécurité des aliments ( Efsa) avait été chargée de conduire une réévaluation de la sécurité de l'aspartame et de la dose journalière admissible. Cette réévaluation est prévue pour 2012. Et, sans dupliquer le travail de l'Efsa, l'Anses s'est emparée de la question "bénéfices/risques nutritionnels" et a annoncé en mars qu'elle allait mettre en place un groupe de travail sur le sujet, pour éventuellement élaborer des recommandations aux populations sensibles telles que les femmes enceintes et les enfants.

Le député socialiste Gérard Bapt, rapporteur spécial de la mission santé de l'Assemblée nationale, avait écrit le 25 août au ministre de la Santé au sujet des mesures annoncées la veille par le Premier ministre sur la taxation des boissons sucrées.

Une telle taxation, s'inquiétait M.Bapt, "pose un problème" dans la mesure où elle "épargne les boissons adoucies par des édulcorants et peut donc conduire à l'augmentation de leur consommation". Dans ce courrier, il soulignait que deux études récentes "ont lancé l'alerte" sur la possibilité d'effets indésirables de l'aspartame, l'un des édulcorants les plus consommés, notamment chez les femmes enceintes.

"Il faut qu'on ait des études sérieuses pour en avoir le coeur net", a admis dimanche Xavier Bertrand, précisant avoir demandé à l'Anses de "réunir un groupe de travail sur cette question dès le mois de septembre". Le ministre a toutefois justifié le bien-fondé d'une taxation des boissons sucrées: "La question, c'est la question de la lutte contre l'obésité."

La taxation des boissons à sucres ajoutés, annoncée dans le plan visant à réduire la dette de la France, doit entrer en vigueur début 2012 et rapporter 120 millions d'euros à l'Etat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.