Cet article date de plus d'onze ans.

Vaccin: Le Guen dénonce "le bide" de la campagne

Jean-Marie Le Guen, député PS et président du CA de l'AP-HP, a dénoncé jeudi "le bide" de la campagne de vaccination
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Marie Le Guen (© AFP - Mehdi Fedouach)
Jean-Marie Le Guen, député PS et président du CA de l'AP-HP, a dénoncé jeudi "le bide" de la campagne de vaccinationJean-Marie Le Guen, député PS et président du CA de l'AP-HP, a dénoncé jeudi "le bide" de la campagne de vaccination

Selon lui, la campagne vaccinale contre la grippe H1N1 est "un gigantesque bide" du fait de la "méfiance" suscitée par une politique gouvernementale construite sur "l'exagération".

Le député PS de Paris, qui est aussi médecin, juge "tout à fait préoccupant" ce rejet de la vaccination et demande la création d'une mission parlementaire à ce sujet.

Cette campagne se passe "dans un climat détestable", estime Jean-Marie Le Guen, citant "l'absence de transparence de l'information, des maladresses dans la communication, et donc une méfiance de la population".

Il rappelle qu'il dénonçait depuis plusieurs mois "le mythe d'une campagne de vaccination générale", "très lourde et peu crédible". "Le bénéfice/risque de cette vaccination n'est toujours pas avéré pour le tout venant", souligne-t-il.

Il défend en revanche une politique vaccinale "raisonnable", ciblée vers les personnes les plus exposées, tels les personnels médicaux, et les plus fragiles, comme les femmes enceintes, les gens ayant une maladie cardio-pulmonaire, les diabétiques, les enfants...

Soulignant que la campagne vaccinale était actuellement "un gigantesque bide", il se dit "inquiet de la sous-vaccination" des gens les plus concernés, estimant que ce rejet est "tout à fait préoccupant" et "dangereux pour la santé publique".

Pour lui, le gouvernement devrait "changer de communication, instaurer un vrai dialogue avec les Français et fournir toute la transparence dans l'information".

Selon un sondage publié dimanche, seulement 17% des Français envisageaient de se faire vacciner contre le nouveau virus.

Lire aussi:

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.