Une centaine de médecins sonnent l'alarme sur un risque de crise des opiacés en France

Selon les signataires d'une tribune au "Jounal du dimanche", "12 millions de Français utilisent des médicaments opiacés, sans être alertés sur leur potentiel addictif et sur les risques d'overdoses".

Des comprimés d\'hydrocodone, un opiacé, dans une pharmacie de Porsmouth (Ohio, Etats-Unis), le 21 juin 2017.
Des comprimés d'hydrocodone, un opiacé, dans une pharmacie de Porsmouth (Ohio, Etats-Unis), le 21 juin 2017. (BRYAN WOOLSTON / REUTERS)

Alors que la crise des opiacés fait des milliers de morts outre-Atlantique, "la France pourrait à son tour encourir le risque d'une crise sanitaire", alertent une centaine de médecins et professionnels de santé dans une tribune publiée dans l'édition du 23 juin du Journal du dimanche. Les signataires estiment qu'il est "urgent d'agir" alors que "12 millions de Français utilisent des médicaments opiacés, sans être alertés sur leur potentiel addictif et sur les risques d'overdoses".

Selon eux, "les hospitalisations pour ce motif ont doublé, les décès triplé". "Il existe pourtant un antidote, à base de naloxone, que la personne concernée ou son entourage peuvent administrer 'facilement'. Mais il est réservé aux acteurs du soin en addictologie, sans diffusion ni information large aux différents acteurs de la santé", regrettent-ils.

"Impulser une campagne de prévention"

Ces médecins et professionnels de santé préconisent "d'en étendre l'accès au médecins généralistes, de les former et les sensibiliser à son usage", "de continuer de décloisonner le monde de l'addictologie" et d'"impulser une vaste campagne de prévention", afin d'"éviter que ne soient reconduites les erreurs du passé et leurs effets dramatiques en termes de santé publique".

Sur la seule année 2017, 47 000 personnes sont mortes aux Etats-Unis d'une overdose liée à des opiacés (médicaments, héroïne et fentanyl). Selon le Centre national des abus de drogue, 1,7 million d'Américains souffraient d'addiction à des analgésiques comme l'OxyContin.