Cet article date de plus de quatorze ans.

Un enfant de un an et une femme de 36 ans sont décédées les 23 et 30 août des suites de la grippe H1N1

Ces deux nouveaux décès portent à sept le nombre de victimes de la grippe H1N1 en Nouvelle-Calédonie depuis le début de l'épidémie au mois de juin, a annoncé mardi la Direction de l'Action sanitaire et sociale (DASS) dans un communiqué.
Article rédigé par France2.fr
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
  (FTV)

Ces deux nouveaux décès portent à sept le nombre de victimes de la grippe H1N1 en Nouvelle-Calédonie depuis le début de l'épidémie au mois de juin, a annoncé mardi la Direction de l'Action sanitaire et sociale (DASS) dans un communiqué.

"La femme de 36 ans est morte des suites d'une pneumopathie provoquée par la grippe H1N1", précise le communiqué. Cette patiente présentait un facteur de risque connu et était hospitalisée depuis le 24 août au centre hospitalier territorial de Gaston-Bourret, à Nouméa, dans le service de réanimation.

Les autorités sanitaires ont également fait part du décès d'un enfant, porteur du virus, qui était suivi pour une pathologie chronique sévère, le dimanche 23 août dans le service de pédiatrie du centre hospitalier territorial de Magenta, à Nouméa.
"La confirmation des causes de ce décès a fait l'objet de nombreux échanges entre la DASS et l'INVS (Institut de Veille Sanitaire), qui ont mené sur ce cas de profondes investigations", indique le communiqué.

Le plus fort de l'épidémie serait passé en Nouvelle-Calédonie
Selon les estimations, 35.000 à 40.000 personnes pourraient avoir été touchées par la grippe H1N1 dans l'archipel, mais les professionnels de santé calédoniens estiment désormais que le plus fort de l'épidémie est passé.
Lundi, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a d'ailleurs fermé les deux centres de traitement de la grippe H1N1 mis en place à Nouméa du fait d'une nette baisse de leur fréquentation et de la décrue de l'épidémie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.