Cet article date de plus de six ans.

Trois questions autour des vaccins contre la gastro

L'article du "Canard enchaîné" du 1er avril annonçant que deux bébés sont décédés en 2012 et 2014 après avoir été vaccinés contre la gastro-entérite relance les inquiétudes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une consultation médicale. (AMELIE-BENOIST / BSIP/ AFP)

Faut-il craindre les vaccins contre la gastro ? Dans son édition du 1er avril, Le Canard enchaîné affirme que deux bébés sont morts en 2012 et 2014 après avoir été vaccinés contre la gastro-entérite.

Cette nouvelle "empoisonne les autorités sanitaires", selon l'hebdomadaire. Elle a été confirmée par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), contactée par Le Parisien. Francetv info revient en trois questions cette vaccination.

Quels sont les problèmes liés à cette vaccination ?

Les vaccins Rotarix (laboratoires GlaxoSmithKline) et RotaTeq (Sanofi Pasteur MSD) pour prévenir les infections dues à un virus responsable de diarrhées chez les bébés ont entraîné un nombre "préoccupant" d'effets indésirables graves, dont deux décès, selon un rapport remis à l'ANSM.

Selon ce rapport "confidentiel" du Comité technique de pharmacovigilance cité par Le Canard enchaîné, sur "quelque 491 000 nourrissons" vaccinés entre 2006, date de lancement du vaccin, et fin 2014, "508 effets indésirables ont été observés, dont 47 'cas d'invagination'", une obstruction intestinale qui provoque douleurs, vomissements, présence de sang dans les selles et qui peut être fatale si elle n'est pas traitée en urgence. Les deux décès répertoriés seraient dûs à des invaginations.

Le vaccin est-il recommandé ?

Le vaccin était recommandé. "Désormais", écrit Le Canard, l'ANSM "recommande ... de ne plus recommander le vaccin".  Le Comité technique de pharmacovigilance, qui a analysé les données de suivi national et international concernant ces vaccins oraux, "s'interroge sur le bien-fondé de recommander la généralisation de cette vaccination en France", dans le rapport daté de février 2015 et transmis à la Direction générale de la Santé (DGS) et à la Haute Autorité de santé (HAS).

Un peu tard ? Cette vaccination avait été recommandée pour tous les nourrissons de moins de six mois en février 2014 par le Haut Conseil de santé publique (HCSP). Ce dernier a "prévu de réexaminer dans les prochains jours ses recommandations" à ce sujet, indique mardi l'ANSM. Ces deux vaccins oraux prescrits à partir de l'âge de six semaines, Rotarix et RotaTeq, sont autorisés en Europe depuis février et juin 2006 respectivement, et commercialisés en France depuis mai 2006 et janvier 2007.

Y a-t-il eu des conflits d'intérêts ?

Le Canard enchaîné soupçonne l'existence de possibles conflits d'intérêts. Il note que sur 17 membres du Comité technique des vaccinations, 12 "ont travaillé sur des études ou lors de congrès avec les labos". Les vaccins sont vendus à prix d'or : 140 euros pour le Rotarix de GSK et 180 euros pour le RotaTeq de Sanofi Pasteur MSD.

Le Canard indique que les lobbys pharmaceutiques se sont beaucoup "agités" pour obtenir la recommandation de vaccination systématique. Il précise qu'en 2009, Jérôme Cahuzac, alors député socialiste, pose une question dans le sens de la recommandation. Ce sera chose faite début 2014, mais sans remboursement.

La décision de remboursement devait d'ailleurs tomber dans les prochains jours, et "ce sera non", avance un connaisseur du dossier auprès du journal satirique. L'obtention du remboursement aurait été un "jackpot assuré" pour les laboratoires, avec 800 000 naissances par an.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.